NOUVELLES

Pour Washington, la situation des droits de l'homme se détériore en Chine

19/04/2013 03:48 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

La situation des droits de l'homme s'est détériorée en Chine en 2012, notamment dans les régions peuplées de Tibétains et de Ouïghours, ont averti les Etats-Unis vendredi dans leur rapport annuel mondial sur les droits de l'homme.

"Le climat des droits de l'homme a continué de se dégrader en Chine en 2012", écrit le département d'Etat américain dans son rapport présenté par le secrétaire d'Etat John Kerry.

Washington s'alarme notamment de "la répression à l'encontre de militants des droits de l'homme et dans les régions ethniques tibétaines et ouïghoures" ainsi que de la censure sur internet.

La diplomatie américaine fustige très régulièrement la Chine sur le dossier des droits de l'homme, en particulier sur le Tibet.

"Les individus ou groupes que les autorités considèrent comme étant politiquement sensibles sont extrêmement limités dans leur liberté de voyager, de se rassembler ou de pratiquer leur culte", s'inquiète le département d'Etat.

M. Kerry n'a pas dit un mot sur la Chine dans le bref point de presse qu'il a donné vendredi en rendant public le rapport de son ministère.

Il était toutefois à Pékin le week-end dernier et il avait alors assuré avoir soulevé auprès de ses interlocuteurs le cas de Chen Kegui, le neveu emprisonné du dissident Chen Guangcheng, lequel avait fui en 2012 sa résidence surveillée à Pékin avant que la Chine ne l'autorise à s'exiler aux Etats-Unis.

Dans son rapport mondial sur les droits de l'homme, le département d'Etat dénonce aussi la situation "déplorable" en Corée du Nord où ceux qui font défection continuent de faire état "d'exécutions extrajudiciaires, disparitions, détentions arbitraires, arrestations de prisonniers politiques et tortures".

En Asie, Washington salue en revanche la démocratisation de la Birmanie depuis 2011, où "le gouvernement a libéré plus de 700 prisonniers politiques" et a permis à l'opposante historique Aung San Suu Kyi de devenir députée en avril 2012.

"La transition en Birmanie n'est toutefois pas achevée", avertit le département d'Etat, prévenant qu'il reste beaucoup à faire avant les élections législatives de 2015.

jkb/nr/sam

PLUS:afp