POLITIQUE

Marois: le Québec a un surplus pour le maintien de l'équilibre budgétaire

19/04/2013 10:49 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT
CP

QUÉBEC - Le gouvernement maintient le cap sur le retour à l'équilibre budgétaire au terme de l'exercice en cours, a déclaré vendredi la première ministre Pauline Marois.

Mme Marois a réitéré cet objectif à la suite de la publication d'un reportage affirmant pourtant qu'elle a évoqué la possibilité de reporter d'un an l'atteinte du déficit zéro.

Lors d'un point de presse dans sa circonscription de Charlevoix, Mme Marois a reconnu que les revenus de l'État sont en baisse, comme l'avait indiqué la plus récente mise à jour budgétaire, le mois dernier.

La première ministre a déclaré que «pour l'instant» cette diminution peut encore être absorbée.

À la fin de mars, le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a révisé de 565 millions $ à la baisse les recettes du gouvernement en 2013-2014, année du retour au déficit zéro.

M. Marceau a aussi annoncé que Québec puiserait 200 millions $ dans une provision pour compenser cette diminution de revenus, attribuable à une baisse de la consommation des ménages et des recettes tirées de l'impôt des sociétés.

La réduction du service de la dette de 85 millions $, attribuable aux taux d'intérêt plus faibles que prévu, et l'augmentation des paiements de péréquation, de 280 millions $, ont aussi compensé cette baisse.

Dans son édition de vendredi, le quotidien La Presse rapportait que Mme Marois a rencontré lundi des gens d'affaires devant qui elle a évoqué la possibilité de reporter d'un an le retour au déficit zéro.

À Saint-Siméon, vendredi, Mme Marois a reconnu qu'elle avait discuté de la situation récemment avec des représentants du secteur économique.

«Nous atteignons nos objectifs, nous gardons donc le cap, a-t-elle dit. Nos rentrées sont moins bonnes et c'est ce à quoi aussi on fait référence dans les échanges que j'ai eus avec les interlocuteurs du monde économique.»

Selon Mme Marois, la provision prévue par le gouvernement permet encore d'atténuer la diminution des recettes.

«Nous avions prévu un coussin, a-t-elle dit. Pour l'instant nous sommes tout à fait capables d'absorber le fait que les rentrées sont un petit peu moins bonnes.»

Le député Raymond Bachand, porte-parole libéral en matière de finances, a déclaré que Mme Marois a fait preuve d'une grande imprudence en soulevant l'hypothèse d'un report.

«Je trouve ça incroyablement irresponsable, a-t-il dit. J'essaie de mesurer mes mots. Tu ne peux pas quand tu es premier ministre réfléchir à voix haute, dans le dos de ton ministre des Finances, quand c'est la crédibilité du Québec qui est en jeu.»

M. Bachand a affirmé lors d'une entrevue que le report du retour à l'équilibre budgétaire aurait un impact important sur la société québécoise.

«Ça aurait un impact globalement sur la confiance envers le ministre des Finances du gouvernement du Québec et ça, ça a un impact ultimement sur toute la société, c'est le rempart, le gardien de la crédibilité d'un pays, d'une province, d'une institution», a-t-il dit.

À l'Assemblée nationale, le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a refusé de s'avancer sur la possibilité qu'il y ait un avantage au report de l'atteinte du déficit zéro.

«Il est oiseux, je dirais, de discuter des avantages ou désavantages, a-t-il dit. Nous avons choisi comme gouvernement que nous atteindrions les cibles quant à l'équilibre budgétaire: nous allons atteindre les cibles quant à l'équilibre budgétaire.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois