NOUVELLES

Le Parlement italien échoue encore à élire un nouveau président

19/04/2013 05:09 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

ROME - La paralysie politique se poursuit dans la troisième plus grande économie de la zone euro: le Parlement italien a de nouveau échoué, vendredi, à élire un nouveau président.

L'ancien premier ministre Romano Prodi, seul politicien a avoir défait Silvio Berlusconi pour le poste de premier ministre, était le dernier choix de la coalition de centre-gauche pour devenir le prochain chef d'État. Il remplacerait le président Giorgio Napolitano, dont le terme de sept ans vient à terme le mois prochain.

M. Berlusconi s'est farouchement opposé à la candidature de M. Prodi, son principal rival, qui l'a battu deux fois pour devenir premier ministre du pays.

Les tâches du président incluent la nomination d'un candidat pour la formation du prochain gouvernement italien, ce qui mettrait fin à l'impasse politique qui dure depuis deux mois.

Silvio Berlusconi a ordonné à ses forces de boycotter le vote, vendredi, ce qu'ils ont fait.

Dans les quatre dernières rondes de scrutin, M. Prodi a recueilli seulement 395 votes, loin d'obtenir les 504 voix pour la majorité absolue nécessaire. En théorie, il aurait dû être plus facile pour le Parlement d'élire un président car les trois rondes précédentes nécessitaient la majorité aux deux tiers.

Le chef de centre-gauche, Pier Luigi Bersani, qui était frustré de devoir former un gouvernement après des élections nationales non concluantes en février, a encore été humilié. Il n'a pas réussi à attirer suffisamment de soutien à l'extérieur de son bloc pour se rallier derrière l'homme largement respecté qu'est M. Prodi, anciennement président de la Commission européenne.

Une cinquième ronde de scrutin est prévue samedi.

PLUS:pc