POLITIQUE

La CSN exclue du débat sur l'adhésion à une association étudiante

19/04/2013 10:22 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT
PC

La Confédération des syndicaux nationaux (CSN) ne pourra prendre part au débat judiciaire sur l'adhésion automatique à une association étudiante, un principe contesté devant la Cour supérieure par deux étudiants de l'Université Laval.

Après avoir entendu les arguments de la CSN, le juge Robert Dufresne rejette ses prétentions et conclut que le dossier concerne directement les étudiants. La CSN ne peut donc élargir ce débat aux droits des travailleurs syndiqués, statue le tribunal.

La CSN alléguait que la décision sur l'adhésion automatique à une association étudiante pourrait avoir des répercussions aussi sur le droit du travail. C'est pourquoi le syndicat souhaitait avoir son mot à dire dans le débat.

Laurent Proulx, qui a été le premier étudiant à obtenir une injonction pour assister à ses cours durant le conflit étudiant, croyait au contraire que les syndicats n'étaient pas concernés. Selon lui, il est primordial d'établir ligne bien marquée entre un syndicat et une association étudiante. La Cour se range donc derrière cette interprétation en mentionnant que la question est sérieuse pour les associations étudiantes et que « ce débat requiert qu'il s'effectue sereinement avec les véritables intéressés. »

Les étudiants Laurent Proulx et Miguel Bergeron réclament l'abolition de l'adhésion et des cotisations automatiques aux associations étudiantes, qui selon eux, ne respectent pas la Charte canadienne des droits et libertés. Les deux jeunes hommes ont déposé une requête en ce sens en Cour supérieure en janvier dernier.

Le dossier reviendra devant le tribunal le 25 avril au palais de justice de Québec.