NOUVELLES

Deux pompiers de Québec en kayak dans l'Arctique

19/04/2013 01:02 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Deux pompiers de Québec tenteront de traverser le passage du Nord-Ouest dans l'Arctique en kayak de mer en une seule saison. Une expédition jamais réalisée jusqu'ici.

En raison du réchauffement climatique, Sébastien Lapierre et Olivier Giasson croient qu'ils peuvent dès cette année franchir les 4500 kilomètres du passage bloqué par les glaces plusieurs mois par année. Ils partiront le 15 juillet et prévoient y arriver en trois mois. « C'est une question de timing. Il faut suivre la période de dégel des glaces. Puis on verra si notre estimation est bonne », explique Sébastien Lapierre.

Le passage du Nord-Ouest est un passage très convoité qui pourrait être fréquentable par les navires d'ici quelques années en raison du réchauffement climatique. Des kayakistes l'ont déjà franchi en plusieurs saisons, en arrêtant au retour des glaces et en revenant l'année suivante. Sans interruption, ce serait donc une première.

Les deux hommes organisent depuis deux ans ce défi qui demande une grande préparation. « On ne peut pas se fier à ce que les autres ont fait avant. On est un peu les précurseurs là-dedans. Faut chercher, il faut être sûr de penser à tout. Et ça nous prend des contacts là-bas », ajoute Sébastien Lapierre.

Les deux aventuriers ont prévu cinq arrêts pour se ravitailler. L'expédition se déroulera en kayak tandem.

Les deux kayakistes s'entraînent principalement dans le fleuve, en face de Québec. Au début du printemps et à la fin de l'automne, on y retrouve des conditions semblables à ce qu'ils rencontreront en Arctique. « Les marées, les conditions d'eau froide, la température extérieure, c'est très comparable. Même qu'ici, les marées vont être un peu plus fortes », indique Olivier Giasson.

Les deux hommes doivent aussi se préparer à rencontrer des conditions climatiques très variables. « On va avoir de tout. Au début, on peut avoir de très belles journées de 20-25 degrés, puis vers la fin on va facilement descendre à -10, peut-être -15. Pour jouer dans l'eau, ce n'est pas l'idéal, mais on est habitués au froid », note Sébastien Lapierre.

Les deux comparses n'en sont pas à leur première expédition. En 2010, ils ont passé un mois en ski au Groeland.

Ils en profitent pour amasser des fonds pour la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés. Leur objectif est de recueillir environ cinq dollars du kilomètre, donc environ 17 500 $.

PLUS:rc