NOUVELLES

Boston: le suspect des attentats du marathon introuvable

19/04/2013 06:52 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

Après une gigantesque chasse à l'homme qui a transformé Boston en ville fantôme, la police a admis vendredi soir qu'elle n'avait pas retrouvé un jeune de 19 ans soupçonné d'être, avec son frère tué la nuit précédente, l'auteur des attentats du marathon.

"Nous n'avons appréhendé personne", a déclaré le chef de la police du Massachusetts Timothy Alben, se disant cependant confiant. Il a estimé que Djokhar Tsarnaev, qui s'est selon lui enfui "à pied", se trouvait toujours dans l'Etat du Massachusetts dont Boston est la capitale. "Ses liens sont ici", a-t-il expliqué.

L'ordre donné à la population de rester enfermée chez elle, a été levé. Mais le gouverneur Deval Patrick a recommandé aux Bostoniens de rester extrêmement vigilants.

L'aîné des deux frères d'origine tchétchène, Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, avait été tué dans la nuit, après une dramatique course poursuite avec la police à Watertown dans la banlieue ouest de Boston, durant laquelle quelque 200 coups de feu ont été échangés, a précisé vendredi soir M. Alben.

Mais le plus jeune a réussi à leur échapper.

Craignant que le fugitif soit armé, et dispose d'explosifs, les autorités avaient demandé vendredi aux Bostoniens de rester chez eux, et de n'ouvrir à personne. Tous les transports en commun ont été arrêtés, magasins et écoles fermés, tout survol d'avion interdit. Les trains ne circulaient pas entre New York et Boston.

Des milliers de policiers casqués, en tenue de combat, certains postés sur les toits, ont vérifié, maison après maison les rues de Watertown, où s'était déroulée dans la nuit la traque des deux frères.

Ceux-ci avaient lancé plusieurs engins explosifs en direction de la police, a également précisé M. Alben, qui a ajouté que la police avait également trouvé vendredi des explosifs.

Les deux frères avaient également tué durant leur cavale de nuit un policier de 26 ans dans sa voiture, sur le campus du MIT à Cambridge, entre Boston et Watertown.

Les deux frères avaient immigré en 2003 aux Etats-Unis, et vivaient depuis plusieurs années à Cambridge, a raconté un oncle, Ruslan Tsarni, se disant "honteux" à l'idée qu'ils puissent avoir été impliqués dans les attentats qui ont fait trois morts et près de 180 blessés lundi à Boston, traumatisant la ville et ravivant aux Etats-Unis le souvenir des attentats du 11-Septembre.

Et il a lancé un appel à son plus jeune neveu, lui demandant de se "rendre et demander pardon", s'il était encore vivant.

Un homme se présentant comme leur père les a décrits comme "des musulmans fervents", depuis la capitale du Daguestan, Makhatchkala.

Le président de Tchétchénie, république du Caucase russe majoritairement musulmane, a lui souligné qu'ils n'avaient "pas vécu en Tchétchénie". "Ils ont vécu et étudié aux Etats-Unis (...) Ils ont forgé leurs opinions et convictions là-bas. Il faut trouver les racines du mal en Amérique", a-t-il ajouté.

L'aîné, ex-étudiant ingénieur devenu boxeur, avait une page Youtube à son nom, créée en août 2012, où il avait marqué plusieurs vidéos comme favorites dans les catégories "islam" et "terrorisme".

Le plus jeune, qui faisait de la lutte, était inscrit dans une université de la région. Il avait selon les médias américains obtenu la nationalité américaine le 11 septembre 2012, date on ne peut plus symbolique de terrorisme aux Etats-Unis. Les témoignages le décrivent comme un jeune agréable, mais fasciné par son aîné.

Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir déposé les deux bombes artisanales qui ont explosé près de la ligne d'arrivée du marathon lundi en plein centre de Boston.

La police a répété vendredi soir que Djokhar Tsarnaev était considéré comme "très violent et très dangereux". Je lui conseille de "se rendre", a déclaré M. Alben.

La police continuait vendredi à explorer la possibilité que les frères n'aient pas agi seuls. La question du motif reste entière.

La traque des deux frères avait commencé dans la nuit de jeudi à vendredi à Cambridge, sur le campus du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à l'ouest de Boston.

La police, alertée après des coups de feu découvre un policier tué par balles dans sa voiture à 22H30. Les deux fuyards ont entre temps détourné une voiture en menaçant d'une arme son conducteur. Celui ci sera libéré sain et sauf 30 minutes plus tard.

La chasse à l'homme commence, alors qu'ils roulent à pleine vitesse en direction de Watertown, située encore plus à l'ouest de Boston.

S'ensuivent des échanges de coups de feu nourri, durant lequel un policier est grièvement blessé. Le frères lancent plusieurs engins explosifs en direction des policiers.

C'est durant cette poursuite que l'aîné, sorti de la voiture, est mortellement blessé. Il est déclaré mort à l'hôpital à 1H25 (5H25 GMT) tandis que son frère prend la fuite.

Cette accélération spectaculaire dans l'enquête est intervenue moins de 12 heures après que le FBI eut diffusé des images des deux hommes et lancé un appel au public, pour qu'il l'aide à les identifier.

Les deux bombes ayant endeuillé le célèbre marathon avaient explosé à 100 mètres de distance, et 12 secondes d'intervalle, près de la ligne d'arrivée, alors que des dizaines de milliers de personnes étaient massées au centre de Boston pour ce qui est chaque année une grande fête populaire.

Elles avaient été assemblées dans des cocottes-minute remplies de clous et de billes d'acier pour en maximiser les dégâts.

bur-bd/jca

PLUS:afp