NOUVELLES

Aux Philippines, Arnulfo attend sa "carte verte" américaine depuis 10 ans

19/04/2013 11:07 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

Jusqu'à 24 ans pour obtenir un permis de séjour: il faut être patient pour immigrer aux Etats-Unis au nom du regroupement familial, mais un projet de réforme prévoit de traiter les plus de quatre millions de dossiers en souffrance, comme celui d'Arnulfo Babiera.

Ce cadre d'une agence de recrutement aux Philippines, 58 ans, a le droit d'immigrer aux Etats-Unis depuis que sa soeur Elizabeth, naturalisée américaine, a déposé pour lui une demande de permis de séjour, ou "carte verte", en 2003.

Mais comme la loi plafonne le nombre de permis de séjour accordés à chaque pays à 7% du total, au rythme actuel, Arnulfo ne recevrait le courrier contenant sa carte verte qu'en 2027. Car les dossiers sont traités dans l'ordre, et il y a tellement de demandes de Chinois, Indiens, Mexicains et Philippins que l'attente atteint, pour eux, des années.

"C'est mon rêve d'aller aux Etats-Unis pour gagner plus, soutenir ma famille ici, mes revenus seraient plus élevés", dit-il à l'AFP par téléphone depuis Davao, aux Philippines.

Actuellement, les services américains de l'immigration traitent les dossiers de frères et soeurs philippins déposés en octobre 1989, le cas le plus extrême. Pour les frères et soeurs mexicains, il faut remonter à 1996.

Pour les enfants non mariés de citoyens américains, aucun dossier déposé après avril 2006 n'a encore été traité, toute nationalité confondue.

"Je serai sûrement à la retraite avant qu'il arrive ici", dit Elizabeth Babiera, 56 ans, une infirmière qui vit en banlieue de Washington. "Je n'ai personne ici. Quand je vois les autres familles, qui ont leurs frères et soeurs, je les envie!"

La situation d'Elizabeth et Arnulfo est banale, conséquence d'une législation dépassée par la réalité des flux actuels d'immigration.

Madeleine Sumption, experte au Migration Policy Institute, rappelle qu'entre 4,3 et 4,7 millions de personnes ont ainsi gagné le droit d'immigrer de façon permanente, sans avoir encore celui de déménager.

Mais le projet de réforme de l'immigration dévoilé cette semaine par un groupe de sénateurs américains contient une clause qui permettrait d'accélérer le traitement de ces dossiers.

A partir de la fin 2014, et d'ici 2021, toutes les cartes vertes en attente pour des raisons de regroupement familial devront avoir été accordées.

"L'accumulation de dossiers n'est pas une façon efficace de gérer un système d'immigration", dit Madeleine Sumption. "Mais comme la loi n'a pas changé depuis si longtemps, c'est devenu caractéristique de la façon dont les choses fonctionnent ici".

Hors de question, pour les partisans de la réforme, de régulariser les 11,5 millions de sans-papiers avant tous ceux qui ont suivi les règles et attendent dans leurs pays.

"Ils vont à l'arrière de la file d'attente. Tous ceux qui ont déposé une demande avant eux seront régularisés en premier", a promis jeudi le sénateur Marco Rubio, co-auteur de la réforme.

Mais Arnulfo sera l'un des derniers à obtenir la carte verte via un frère ou une soeur. La proposition de loi, qui sera débattue dans les prochains mois au Congrès américain, prévoit aussi de supprimer cette catégorie. Seule subsistera, au nom du regroupement familial, la catégorie des enfants et conjoints mariés. Les élus veulent donner la priorité à l'immigration sur la base de l'emploi, et non des liens familiaux.

ico/lor

PLUS:afp