NOUVELLES

Ottawa veut éliminer les zones grises dans l'inspection des médicaments

18/04/2013 11:20 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

TORONTO - Santé Canada a trouvé une solution temporaire afin d'éliminer une zone grise dans le partage des compétences entre le fédéral, les provinces et les ordres professionnels qui pourrait avoir joué un rôle dans l'administration de médicaments de chimiothérapie dilués à plus de 1200 patients, selon ce qu'a appris La Presse Canadienne.

Des responsables de l'organisme fédéral doivent discuter de la proposition à l'occasion d'une conférence téléphonique avec des hauts fonctionnaires de toutes les provinces et territoires vendredi.

Selon une source au fait du dossier, l'entretien téléphonique doit permettre d'identifier clairement de quelle instance dépend chaque fabricant de médicaments, que ce soit Ottawa, les gouvernements provinciaux ou les ordres professionnels.

L'objectif est de combler le vide qui existe entre les compétences fédérales et provinciales concernant les entreprises qui préparent les médicaments de chimiothérapie pour les hôpitaux, incluant Marchese Hospital Solutions, qui a fourni des solutions diluées à cinq centres hospitaliers de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick.

D'après la source, la proposition doit faire en sorte que chaque compagnie soit placée sous une autorité précise.

L'Ontario et le gouvernement fédéral ont reconnu ne pas savoir combien de sociétés comme Marchese Hospital Solutions préparaient des médicaments contre le cancer pour les hôpitaux sans supervision.

Dans le cas des médicaments dilués, trop de solution saline a été ajoutée aux sacs de cyclophosphamide et de gemcitabine, ce qui a eu pour effet de diluer d'environ 20 pour cent les concentrations. Certains patients ont reçu ces médicaments pendant un an.

La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, et la ministre ontarienne de la Santé, Deb Matthews, ont discuté du problème au téléphone jeudi.

Marchese Hospital Solutions est tombée dans une zone grise puisque Santé Canada et l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario ont été incapables de s'entendre sur qui superviserait l'entreprise.

Les hôpitaux sont responsables de l'achat et de la sécurité de leurs médicaments. De son côté, Santé Canada réglemente et inspecte les fabricants de médicaments, alors que les ordres professionnels surveillent le travail des pharmaciens, y compris ceux qui travaillent de manière indépendante pour les fabricants.

Pour la porte-parole de l'opposition en matière de santé, Libby Davies, les conservateurs auraient dû agir plus rapidement pour éliminer cette zone grise.

«Il y a 17 mois, le vérificateur général a alerté les conservateurs au sujet des problèmes liés à la sécurité des médicaments», a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

«Pourquoi la ministre a-t-elle laissé ces compagnies fonctionner sans supervision pendant aussi longtemps? Pourquoi a-t-il fallu une crise touchant des personnes souffrant du cancer pour que le gouvernement réagisse?»

PLUS:pc