NOUVELLES

ONU: des ONG marocaines écrivent à Ban pour souligner leur travail au Sahara

18/04/2013 07:39 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Huit ONG marocaines viennent d'adresser un courrier au secrétaire général de l'ONU pour souligner que la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental était "au centre de leur attention", plaidant contre l'élargissement du mandat de la Minurso à cette question.

Une autre ONG locale, l'Association marocaine des droits humains (AMDH), s'est en revanche félicitée de la perspective de voir la mission onusienne surveiller les droits de l'Homme dans l'ex-colonie espagnole, en référence à un projet de résolution américain qui pourrait être soumis au Conseil de sécurité.

La situation au Sahara "a toujours été au centre de notre attention en tant qu'acteurs de la société civile", plaident pour leur part les huit ONG, dont l'Organisation marocaine des droits humains (OMDH), auprès de Ban Ki-moon.

Selon elles, la "priorité" "devrait être accordée au renforcement de l'action des ONG sérieuses et crédibles actives sur le terrain".

"Toute autre orientation, y compris l'élargissement du mandat de la Minurso", pourrait "nuire à l'indépendance de l'action pour la défense des droits humains", avancent-elles.

A l'inverse, l'AMDH a plaidé ces derniers jours pour une telle initiative.

"Tout mécanisme de surveillance onusien des droits de l'Homme ne peut être que bénéfique, aussi bien au Sahara que dans les camps de Tindouf (en Algérie, ndlr) d'ailleurs", a affirmé jeudi à l'AFP sa présidente, Khadija Ryadi.

Selon des sources proches des négociations, les Etats-Unis veulent que l'ONU puisse enquêter sur les atteintes aux droits de l'Homme dans l'ex-colonie espagnole et entendent soumettre un projet de résolution au Conseil de sécurité à l'occasion du renouvellement du mandat de la Minurso, d'ici la fin du mois.

Cette démarche est catégoriquement rejetée par Rabat.

Le Maroc, qui contrôle le Sahara occidental, propose un plan d'autonomie. Il est rejeté par les indépendantistes du Polisario, soutenus par Alger, qui réclament un référendum d'autodétermination.

L'an dernier, le Conseil de sécurité avait prolongé d'un an le mandat de la Minurso tout en demandant à Rabat "d'améliorer la situation des droits de l'Homme".

gk/feb

PLUS:afp