NOUVELLES

Nouvelle mise en demeure des cols blancs contre le maire Labeaume

18/04/2013 05:01 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Une autre mise en demeure s'ajoute au conflit qui oppose le maire de Québec à ses fonctionnaires. Le président du syndicat des cols blancs soutient qu'au cours des derniers jours, des fonctionnaires ont été invectivés par des citoyens en lien avec des propos tenus par le maire sur les régimes de retraite des employés de la Ville. 

Dans un document adressé au maire, les procureurs du syndicat préviennent Régis Labeaume et la Ville qu'ils seront tenus responsables si des gestes graves sont posés envers ses membres.

Il y a environ deux semaines, deux employées de la Ville se seraient fait insulter par un citoyen alors qu'elles mangeaient dans un restaurant du Vieux-Québec. Le citoyen aurait fait un lien entre leur fonds de pension et l'augmentation de son compte de taxes. « Lorsqu'il a su qu'elles étaient des employées de la Ville, il s'est mis à les insulter, assez qu'elles ont dû quitter les lieux sans terminer leur repas », raconte Jean Gagnon, président du syndicat des cols blancs.

Jean Gagnon rapporte une autre altercation impliquant cette fois un col bleu. Il y a environ un mois, un citoyen faisant lui aussi référence à des propos du maire aurait invectivé le travailleur manuel qu'il aurait invité à se battre.

Le syndicat demande au maire de cesser de dénigrer publiquement les fonctionnaires municipaux. Il craint que ses propos provoquent des gestes violents de la part de citoyens.

« Soyez avisés qu'un employeur tel que la Ville de Québec ainsi que ses dirigeants peuvent engager leur responsabilité, tant au niveau civil que criminel, si la santé et la sécurité des employés municipaux étaient mises en péril suite à leurs actes et qu'il en découlait des conséquences fâcheuses », énonce la mise en demeure.

Jean Gagnon dit également préparer une mise en demeure concernant l'état du bâtiment du 2, rue Pierre-Olivier-Chauveau, où travaillent plusieurs fonctionnaires municipaux. Il veut tenir la Ville de Québec responsable si un employé est blessé en raison du mauvais état de l'immeuble.

PLUS:rc