NOUVELLES

Nouveaux troubles à Bahreïn à la veille du GP de F1, des arrestations

18/04/2013 05:18 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

De nouveaux troubles ont éclaté jeudi à Bahreïn où les autorités ont annoncé l'arrestation de six protestataires à la veille du Grand Prix de Formule 1 qui se court sur le circuit de Sakhir au sud de Manama.

Des affrontements ont eu lieu autour de plusieurs villages chiites de la périphérie de Manama, où des centaines de manifestants sont sortis tôt le matin dans la rue pour protester contre le GP de F1, ont indiqué des témoins.

"Non à la +Formule 1 du sang+" ou "Votre course est un crime", scandait la foule, que les forces de sécurité a dispersée à coups de gaz lacrymogène et de bombes assourdissantes. Des manifestants ont répliqué par des jets de pierre et des cocktails Molotov, selon les témoins.

Des vidéos mises en ligne montrent par ailleurs des personnes cagoulées mettant le feu à des pneus pour bloquer la circulation sur un pont à l'entrée de Sitra, à l'est de Manama, l'un des principaux foyers du soulèvement animé depuis plus de deux ans par la majorité chiite de ce petit pays du Golfe gouverné par une dynastie sunnite.

Plusieurs autres axes routiers, dont un pont reliant Manama à Mouharraq, la deuxième grande île de l'archipel et à majorité sunnite, étaient fermés par des protestataires, selon des photos mises en ligne.

Ces actions ont été revendiquées sur Twitter par le Collectif du 14-Février, un groupe radical clandestin qui mobilise ses partisans pour une série de protestations, placées sous le signe du "Volcan de colère".

Ces troubles n'ont cependant pas perturbé l'accès au circuit de Formule 1.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé par ailleurs avoir arrêté six suspects, dont l'un a "avoué" avoir mis le feu à une voiture à l'aide d'une bonbonne de gaz dimanche dans le centre d'affaires de Manama.

Quatre des suspects étaient impliqués dans l'incendie d'une voiture à Hamad City, une localité chiite au sud de Manama, et le dernier est accusé d'avoir fermé une route et endommagé un véhicule, a ajouté le ministère, cité par l'agence officielle Bna.

Bahreïn, petit royaume du Golfe, est le théâtre de troubles récurrents depuis février 2011 en raison d'un mouvement de contestation animé par les chiites, majoritaires dans la population, contre la dynastie sunnite des Al-Khalifa au pouvoir.

bur/tm/feb

PLUS:afp