POLITIQUE

Les projets comme Keystone XL sont encore aussi pertinents, dit Joe Oliver

18/04/2013 02:16 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT
AP
FILE - In this Wednesday, Feb. 1, 2012 file photo, miles of pipe ready to become part of the Keystone Pipeline are stacked in a field near Ripley, Okla. The controversy over the pipeline in the hub of Oklahoma's oil activity, was voted the number nine story of the state for 2012. (AP Photo/Sue Ogrocki, File)

CALGARY - Malgré une amélioration marquée dans le prix offert aux producteurs de l'Alberta pour leur pétrole brut au cours des derniers mois, le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, a soutenu jeudi que l'expansion des capacités de pipelines était encore nécessaire.

La différence entre les prix du pétrole lourd de l'Ouest canadien et du pétrole américain plus léger se situait à un très haut niveau de 40 $ le baril à la fin de l'année dernière — un phénomène que le gouvernement albertain qualifiait de «bulle du bitume» en faisant état du coup dur sur ses revenus.

L'écart est désormais d'un peu moins de 14 $, un niveau beaucoup plus normal à l'égard du brut qui est généralement plus difficile à produire et qui se trouve plus loin des marchés.

M. Oliver a fait valoir que les mouvements dans les prix étaient inévitables pour toute matière première, et que bien que les voies ferroviaires aient aidé les producteurs canadiens à obtenir de meilleurs prix, celles-ci ne peuvent pas remplacer les pipelines à long terme.

Aussi, le ministre s'est dit relativement optimiste de voir le gouvernement américain approuver le projet de pipeline Keystone XL de 5,3 milliards $, qui permettrait de faire circuler quelque 830 000 barils de ce qui serait essentiellement du crude des sables bitumineux vers les raffineries du Texas.

M. Oliver a tenu ces propos après l'annonce d'une contribution fédérale de 15 millions $ à l'Université de Calgary pour la création d'un programme de politiques internationales.