NOUVELLES

Le G20 cible les dettes et les paradis fiscaux

18/04/2013 07:36 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Les ministres des Finances des pays du G20 et des gouverneurs de banques centrales se réunissent jeudi et vendredi à Washington pour discuter notamment de l'endettement des gouvernements et de lutte contre les paradis fiscaux.

Cette année, un accord sur la réduction des dettes nationales devrait être adopté. Les objectifs varieraient en fonction de la situation économique des pays, a précisé mercredi le vice-ministre russe des Finances, Sergueï Stortchak. Pour 2013, la Russie assure la présidence du G20.

Dans un document préparé pour la réunion du G20, un groupe de travail évoque l'objectif de ramener à terme les dettes des pays membres à moins de 90 % de leur produit intérieur brut (PIB). « L'approche sera flexible et ce qui est peut-être le plus important, il y aura une distinction entre les objectifs à court terme et ceux à moyen et long terme (pour la réduction de la dette) », a expliqué M. Stortchak.

Un précédent accord sur la réduction des dettes avait été conclu en 2010,lors de la rencontre du G20 à Toronto. Il arrive toutefois à échéance cette année. Le prochain accord sera conclu au plus tard en septembre, lors du sommet de Saint-Pétersbourg, a précisé le vice-ministre russe des Finances.

Aussi les paradis fiscaux

Plusieurs pays, comme les États-Unis, l'Allemagne et la France, préconisent l'échange automatique d'informations sur l'utilisation des paradis fiscaux. Selon eux, il s'agit du seul moyen selon eux de lutter efficacement contre l'évasion fiscale.

Pour l'instant, ces échanges d'informations s'effectuent sur demande après une requête officielle, ce qui est insuffisant, d'après certains. Vendredi, l'OCDE présentera un rapport dans lequel elle préconise des échanges automatisés d'informations.

Quelques pays, comme la Russie, sont plus réticents à instaurer un tel système.

PLUS:rc