DIVERTISSEMENT

Le film québécois «Sarah préfère la course» de Chloé Robichaud sera présenté à Cannes

18/04/2013 07:27 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT
Justine Latour

MONTRÉAL - Le film «Sarah préfère la course», de la Québécoise Chloé Robichaud, a été sélectionné pour être présenté à Cannes dans la section «Un certain regard».

La sélection a été communiquée jeudi par les organisateurs du prestigieux festival international qui se déroulera du 15 au 26 mai.

Ce premier long métrage de la réalisatrice de 25 ans raconte l'histoire d'une jeune athlète de course de demi-fond. Sa vie bascule lorsqu’on lui offre une place dans un club d’athlétisme universitaire à Montréal, loin de sa banlieue natale de Québec, et qu'elle décide de se marier pour obtenir des prêts et bourses afin de financer son rêve.

Pour la réalisatrice, le rêve continue de se réaliser. «C'est le rêve d'une petite fille qui espérait faire du cinéma à trois ans quasiment!», s'est exclamée la jeune femme, jeudi matin, dans les heures suivant l'annonce.

La productrice Fanny-Laure Malo était tout aussi ravie. «Cannes c'est comme les Oscars, c'est quelque chose auquel tout le monde aspire, que tout le monde espère. Il y a beaucoup d'appelés, très peu d'élus. C'est un immense cadeau qu'on reçoit ce matin», a-t-elle dit.

Malgré son jeune âge, Chloé Robichaud n'en est pas à sa première visite au prestigieux festival français, ayant été en compétition dans la catégorie court métrage avec «Chef de meute» l'an dernier, une expérience qui devrait lui servir, croit-elle.

«Je me considère chanceuse d'avoir vécu l'expérience de la compétition en court métrage parce que j'ai vécu un peu le 'buzz cannois', d'apprendre à connaître la machine, les gens du festival aussi. Et là, j'arrive avec un premier long métrage en sélection officielle et je me sens plus prête à l'attention qu'il va y avoir autour du film.»

Chloé Robichaud reconnaît que son sujet est inhabituel, que son personnage principal est hors normes et très loin des stéréotypes féminins, ce qui a soulevé des doutes dans le milieu. Les comédiens et l'équipe se sont d'ailleurs lancés dans l'aventure sans filet, acceptant de participer au projet avant même d'avoir l'assurance d'être payés.

Mme Robichaud croit cependant que sa sélection démontre qu'elle a fait les bons choix malgré les risques.

«Je me suis dit — et je l'avais dit à Fanny — 'je veux faire le film que j'ai en tête' et à la fin du tournage, je lui ai dit que j'avais fait le film que je voulais faire», a-t-elle déclaré.

«Si j'avais fait le film que Cannes allait aimer, je ne pense pas que je serais à Cannes aujourd'hui. Je ne l'aurais pas fait pour les bonnes raisons et ça n'aurait pas eu cette authenticité et c'est ça, je crois, qu'ils ont aimé.»

Parmi les interprètes du film figurent Sophie Desmarais, Jean-Sébastien Courchesne, Geneviève Boivin-Roussy, Hélène Florent et Micheline Lanctôt, à qui le jeune réalisatrice a rendu un hommage senti.

«Micheline, c'était mon professeur de direction d'acteur à (l'école de cinéma de l'université) Concordia. J'ai puisé dans tout le bagage de Micheline. C'est une mentor pour moi. Ç'a été le cours le plus fascinant de ma vie, celui qui m'a appris le plus sur la vie et sur le cinéma.»

Le film prendra l’affiche le 7 juin prochain au Québec.

Par ailleurs, cette année, 19 films se retrouvent en compétition dans la grande sélection officielle du festival de Cannes.

Parmi les prétendants à la Palme d'or figurent le film tchadien «Grisgris», la production chinoise «A Touch of Sin» et le film mexicain «Heli».

Le festival présentera aussi le film des Américains Ethan et Joel Coen «Inside Llewyn Davis» et celui de leur compatriote Steven Soderbergh, «Behind the Candelabra» (Ma Vie avec Liberace).

Le réalisateur et producteur américain Steven Spielberg sera à la tête du jury, alors que le film du réalisateur australien Baz Luhrmann «Gatsby le Magnifique» sera projeté en ouverture.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Sarah préfère la course»