BIEN-ÊTRE

Le bar sans alcool, un type d'établissement de plus en plus répandu

18/04/2013 07:40 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Pour répondre aux besoins d'une clientèle restreinte, mais très demandeuse, les personnes qui ne boivent pas d'alcool et celles qui n'en boivent plus, les bars sans alcool se multiplient partout dans le monde.

The Other Side, qui ouvrira en périphérie de Chicago à la fin du mois, s'inscrit dans cette tendance. À la carte, la boisson la plus corsée sera un cocktail énergisant, comme l'explique le Daily Herald, un journal local.

Dirigé par un ancien héroïnomane, ce bar sera installé dans un ancien entrepôt. Il sera équipé de canapés, d'écran TV, de billards et des groupes s’y produiront : en somme, il y aura tout ce que l’on trouve dans un bar ordinaire, à l’exception de l’alcool.

"Le cinéma et le bowling, ça vous occupe un moment, mais nous sommes jeunes et nous avons besoin d'un lieu à fréquenter", explique Chris Reed, en charge du projet. L'idée a germé après la mort d'un ami âgé de 21 ans, emporté par une overdose.

Cette tendance se renforce progressivement. En Angleterre, à Liverpool, les anciens alcooliques et les ex-accros à la drogue peuvent se réunir au Brink, un établissement qui reverse la totalité de ses bénéfices à des centres de réhabilitation.

Mais tout cela n'est pas réservé aux accros repentants. La propriétaire d'Accents à Dublin (Irlande) explique par exemple à l'Irish Times qu'elle tente de rendre "l’abstinence sexy” dans un pays où elle est considérée comme "hippie".

Dans le Lancashire, Mr. Fitzpatrick’s, est le plus ancien bar britannique de ce genre : l'alcool n'y a pas sa place et les clients viennent siroter des boissons vintage comme le Cream Soda ou des infusions aux plantes (salsepareille, mélange rhubarbe et rose sauvage ou encore cassis et réglisse).


vs/cm/ji/ls