NOUVELLES

La Jordanie contre toute intervention militaire en Syrie (porte-parole)

18/04/2013 04:05 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Amman s'est déclaré opposé jeudi à toute intervention militaire en Syrie, après l'annonce par les Etats-Unis du renforcement de leur dispositif militaire en Jordanie et l'avertissement lancé par le président syrien sur un débordement du conflit dans le royaume voisin.

"Notre position concernant la situation en Syrie n'a pas changé. Nous sommes toujours contre toute intervention militaire en Syrie. Nous demandons instamment une solution politique pour mettre fin à l'effusion de sang en Syrie", a indiqué le ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement Mohamed Momani à l'AFP.

Dans une interview à la chaîne officielle Al-Ikhbariya diffusée mercredi, M. Assad a prévenu que la guerre dans son pays pourrait gagner la Jordanie voisine, qu'il accuse d'entraîner les combattants rebelles et de faciliter l'entrée de "milliers" d'entre eux en Syrie.

"L'incendie ne s'arrêtera pas à nos frontières, tout le monde sait que la Jordanie est aussi exposée (à la crise) que la Syrie", a-t-il dit, tandis qu'à Washington, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel annonçait un renforcement du dispositif militaire américain en Jordanie, qui dépassera les 200 hommes.

"Pour l'instant, nous ne commenterons pas les déclarations du président (Assad) pour éviter toutes retombées politiques ou sur la sécurité. Nous examinons la situation", a ajouté M. Momani.

Washington a déjà déployé en octobre environ 150 militaires des forces spéciales en Jordanie. Le Pentagone avait alors précisé que les soldats américains aideraient notamment à "établir un quartier général" pour diriger les opérations relatives à la Syrie.

"Cela fait partie de la coopération militaire entre les Etats-Unis et la Jordanie", a indiqué M. Momani. Les troupes américaines sont en Jordanie "pour renforcer les forces armées jordaniennes face à la situation en Syrie qui se détériore", a-t-il ajouté.

La Jordanie, un allié clé des Etats-Unis dans la région, dit accueillir plus de 500.000 réfugiés syriens sur son territoire.

Dimanche, le Premier ministre Abdlallah Nsour a indiqué au Parlement que l'impact de la guerre en Syrie présentait une menace pour la sécurité du royaume et que la Jordanie pourrait demander l'aide du conseil de sécurité de l'ONU.

msh-akh/sw/vl

PLUS:afp