NOUVELLES

Explosion dévastatrice au Texas, les secours cherchent les survivants

18/04/2013 11:58 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Les services de secours étaient lancés jeudi dans une course contre la montre au Texas pour retrouver d'éventuels survivants après l'énorme explosion à l'origine indéterminée dans une usine d'engrais qui a fait entre cinq et quinze morts et 160 blessés.

La déflagration mercredi à 20H00 (01H00 GMT jeudi) dans ce complexe à West, près de la ville de Waco, a été si violente qu'elle a soufflé de très nombreuses habitations alentour et a été enregistrée avec la même force qu'un séisme de magnitude 2,1 et ressentie à une distance de 80 km, selon le Centre américain de géophysique (USGS).

L'explosion, apparemment provoquée par un incendie dont l'origine restait inconnue, a projeté une boule de feu de 30 m de diamètre et "c'est comme si une bombe nucléaire avait explosé", a déclaré à CNN Tommy Muska, le maire de West, localité de 2.500 personnes.

Le bilan provisoire de ce drame "est estimé pour l'instant à entre cinq et quinze" morts, a annoncé vers 10H00 GMT, soit neuf heures après l'explosion, le porte-parole de la police locale, le sergent Patrick Swanton, ajoutant que plus de 160 personnes étaient soignées dans trois hôpitaux de la région.

Pour leur enquête, les autorités n'excluent aucune hypothèse.

"Nous ne disons pas qu'il s'agit d'un crime, mais nous n'en savons rien. Ce qui veut dire que jusqu'à ce que nous sachions qu'il s'agit d'un accident industriel, nous travaillerons comme s'il s'agissait d'un crime", a déclaré M. Swanton, trois jours après les attentats de Boston.

Peu après l'explosion de l'usine West Fertilizer, le porte-parole des pompiers Don Yeager avait confié à l'AFP que l'origine en était encore indéterminée mais qu'elle pourrait être due à de l'ammoniac.

Jeudi, une quinzaine d'heure après le drame, enquêteurs et services de secours étaient à pied d'oeuvre "pour retrouver d'éventuels survivants, des gens blessés, en faisant du porte-à-porte", a expliqué le policier Swanton lors d'un point de presse, alors que des feux faisaient toujours rage autour de l'usine d'engrais.

Le président Barack Obama a transmis ses "prières à la population de West (...) une ville chère aux coeurs de beaucoup de Texans".

Le pape François a aussi appelé à "s'unir avec lui dans la prière" pour les victimes et leurs familles, dans un tweet en anglais à ses plus de quatre millions d'abonnés.

West est peuplée à 75% d'habitants d'origine tchèque et l'ambassadeur de la République tchèque à Washington, Petr Gandalovic, devait se rendre dans la bourgade, selon son ministère à Prague.

Au total, 80 maisons, un immeuble et une maison de retraite ont été détruits.

Les services de secours s'inquiétaient aussi de la qualité de l'air en raison des fumées potentiellement toxiques. En fonction des vents, des évacuations pourraient être ordonnées, selon M. Swanton.

Teresa Wallace et sa nièce ont survécu à l'explosion, mais ont reçu l'ordre d'évacuer peu avant l'aube. "La porte du garage et la cheminée ont implosé, mais nous pensions être tout de même à l'abri, jusqu'à ce que la police vienne frapper à la porte", a raconté Mme Wallace.

Elle et sa nièce ont dû quitter leur domicile à la va-vite et sans argent avant de se réfugier dans un hôtel payé par un voisin solidaire.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la télévision locale KWTX et un responsable hospitalier de Waco avaient évoqué un bilan de 60 à 70 morts, citant le directeur des services d'urgence de West, George Smith.

"Je ne peux ni confirmer ni démentir (...) Il y a des morts. Le nombre n'est pas définitif. Il pourrait augmenter rapidement", avait ensuite indiqué D. L. Wilson, porte-parole de la Sécurité publique du Texas.

Les écoles ont été fermées jeudi et vendredi, a annoncé à l'AFP le commissaire Marty Crawford.

Ce drame survient après le double attentat perpétré lundi sur la ligne d'arrivée du marathon de Boston, qui a fait trois morts et 180 blessés.

Vendredi 19 avril marque également le 20e anniversaire de la fin du siège d'une secte à Waco, qui avait coûté la vie à 76 personnes. Et ce jour est aussi l'anniversaire de l'attentat d'Oklahoma City, qui avait vu un sympathisant du Mouvement des miliciens, une organisation d'extrême droite, tuer à l'explosif 168 personnes dans un immeuble du gouvernement fédéral, le 19 avril 1995.

bur-nr/jca

PLUS:afp