NOUVELLES

Des calculs erronés à l'origine de politiques d'austérité

18/04/2013 08:25 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Les partisans des mesures d'austérité en Europe perdent un argument de poids. Une étude publiée par des économistes de l'Université Harvard, souvent citée par les gouvernements, se révèle être truffée d'erreurs.

Dans leur étude publiée en 2010, les économistes Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff démontraient que la croissance économique d'un pays ralentit brutalement lorsque son endettement dépasse 90 % de son produit intérieur brut. Cette étude a souvent été citée par les dirigeants de pays européens pour justifier les mesures de compressions budgétaires et les licenciements massifs de fonctionnaires, qui ont suscité la grogne en Europe notamment.

Mais dans une autre étude rendue publique cette semaine, des chercheurs à l'Université du Massachusetts ont démontré que des erreurs de codage de tableurs avaient faussé les travaux des économistes de l'Université Harvard. L'étude des économistes Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin montre plutôt que la croissance économique des pays lourdement endettés atteint tout de même le seuil moyen de 2,2 %.

Les experts de l'Université Harvard ont admis leurs erreurs. « Cela donne à réfléchir de voir qu'une telle erreur s'est glissée dans nos documents, malgré nos efforts pour être toujours attentifs », ont affirmé Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff dans un communiqué.

Les deux économistes ont précisé toutefois que ces erreurs ne modifient pas le message de leurs travaux. « En aucune manière, nous ne pensons que cette regrettable bévue n'affecte de manière significative le message central de notre étude », ont-ils déclaré.

Les deux études soulignent effectivement le même phénomène : une hausse de l'endettement d'un pays peut à terme ralentir sa croissance.

PLUS:rc