NOUVELLES

Vérification d'antécédents pour armes: le Sénat américain dit non

17/04/2013 05:09 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a encaissé avec une vive déception la décision du Sénat américain de rejeter une législation bipartisane visant à soumettre un plus grand nombre d'acheteurs d'armes à feu à des vérifications d'antécédents.

Entouré de son vice-président Joe Biden, de l'ancienne représentante Gabrielle Giffords et de parents de victimes de la fusillade de l'école Sandy Hook, mercredi, le président a lancé qu'il s'agissait d'un jour «honteux» pour Washington.

Barack Obama a accusé les lobbys pro-armes d'avoir volontairement menti au sujet du contenu de la législation proposée. Il s'est désolé de voir une proposition aussi «sensée» être écartée alors que, a-t-il dit, 90 pour cent des citoyens américains la soutiennent.

La politique partisane l'a ainsi emporté sur l'intérêt des citoyens, a dénoncé M. Obama, selon qui il n'y avait aucune raison cohérente d'en arriver à ce résultat.

Il s'agit d'un dur coup pour l'administration Obama, qui s'était engagée à réagir vigoureusement sur le plan législatif dans la foulée du carnage survenu au mois de décembre à l'école primaire Sandy Hook à Newtown, au Connecticut.

Le président avait fait de l'élargissement de la vérification d'antécédents la pièce maîtresse de ses propositions en matière de contrôle des armes à feu. Il avait effectué plusieurs déplacements afin de faire le plein d'appuis.

La semaine dernière, il s'était rendu au Connecticut et avait invité plusieurs parents des jeunes victimes à rentrer à Washington avec lui à bord de l'avion présidentiel Air Force One afin de leur permettre de rencontrer des législateurs.

Le vote du Sénat sera évidemment bien accueilli du côté de la National Rifle Association (NRA), selon qui ce plan était inefficace et bafouait les droits des Américains en matière de possession d'armes à feu.

En vertu de la législation soumise au Sénat, les vérifications d'antécédents auraient été obligatoires lors des transactions en ligne et aux expositions d'armes à feu. Actuellement, seuls les vendeurs d'armes qui détiennent un permis doivent procéder à ce type de vérifications.

Même avant la tenue du vote, il semblait clair que le projet de loi était en péril. Un nombre croissant de sénateurs avaient témoigné de leur intention de s'y opposer.

Dans les heures précédant le vote, le sénateur Joe Manchin avait carrément accusé la NRA d'avoir proféré des faussetés au sujet de la législation qu'il parrainait aux côtés du sénateur Pat Toomey.

Le lobby pro-armes n'a pas répliqué à ces allégations, mercredi.

De son côté, Barack Obama a reconnu la défaite, mais a assuré que tout n'était pas perdu.

«Les efforts ne sont pas terminés», a lancé le président après l'annonce des résultats, se désolant du fait que les opposants à la législation aient «craqué sous la pression» des groupes d'intérêt avant d'enregistrer leur vote.

Des projets d'amendement visant à interdire les armes d'assaut et les chargeurs de grande capacité ont également été rejetés lors d'une série de votes tenus quatre mois après la tragédie de Newton.

PLUS:pc