NOUVELLES

Venezuela : l'opposition appelle au dialogue

17/04/2013 12:25 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

L'opposition a appelé le pouvoir au dialogue au Venezuela, au lendemain de manifestations violentes dénonçant l'élection de Nicolas Maduro à la tête de l'État qui ont fait 7 morts et une soixantaine de blessés.

Le chef de l'opposition Henrique Capriles, qui réclame un nouveau comptage des bulletins de vote, a annulé une manifestation de ses partisans qui devait avoir lieu mercredi, déclarant que ses adversaires cherchaient à « infiltrer » ce rassemblement pour déclencher des violences.

Nicolas Maduro, dont le Conseil national électoral (CNE) a proclamé officiellement la victoire avec environ 51 % des voix, avait de toute façon interdit la manifestation, estimant que l'opposition cherchait à faire un coup d'Etat.

Henrique Capriles a tendu la main à son adversaire. « Nous sommes disponibles pour ouvrir un dialogue, afin que cette crise soit réglée dans les prochaines heures », a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à son quartier général.

Les deux camps se renvoient la balle quant à la responsabilité des violences de lundi soir. « Ils ont été tués par les hordes fascistes », a déclaré M. Maduro à la télévision. Il a également qualifié la demande de recomptage de l'opposition de « caprices de bourgeois », ajoutant « S'ils veulent me renverser, qu'ils viennent me chercher. Je suis là avec un peuple et une armée ».

Le président élu a annoncé la mise en place d'une enquête à l'encontre d'un « petit groupe de militaires », soupçonnés d'avoir été contactés par l'opposition.

« Ceux qui attaquent le pays doivent aller en prison », a-t-il affirmé, assurant que « tous les foyers de violence seront neutralisés ».

Auteur du meilleur score jamais réalisé par l'opposition, Henrique Capriles continue de reprocher aux autorités électorales d'avoir proclamé vainqueur M. Maduro (50,75 % contre 48,97 %), sans avoir procédé à un nouveau comptage.

Les Etats-Unis et l'Organisation des Etats américains ont aussi mis en cause mardi l'officialisation de la victoire de M. Maduro, tout en appelant les Vénézuéliens à « cesser les violences ».

Le CNE, cible de l'opposition, assure que le système de vote électronique est infaillible et incite M. Capriles à utiliser les « voies légales » en déposant un recours.

PLUS:rc