NOUVELLES

Recomptage des voix à Caracas: une juge n'y voit pas de fondement juridique

17/04/2013 12:47 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - La présidente de la Cour suprême du Venezuela soutient qu'il n'y a aucun fondement juridique à la demande de recomptage que songe à déposer Henrique Capriles, ce qui laisse entendre que la requête du candidat de l'opposition pourrait être rejetée.

Henrique Capriles affirme que le scrutin de dimanche a été entaché par des irrégularités à grande échelle. Il n'a pas encore officiellement déposé de requête auprès du Conseil électoral national du Venezuela, qui a donné Nicolas Maduro gagnant par 262 000 voix sur un total de 14,9 millions.

La juge Luisa Morales a déclaré mercredi que le système de votation, informatisé, ne laissait pas de place au dépouillement manuel des bulletins de vote. Mais techniquement, un recomptage est possible puisqu'un document papier est produit pour chaque vote électronique.

De son côté, l'administration Obama refuse de reconnaître la victoire du président élu vénézuélien Nicolas Maduro, soutenant qu'un recomptage s'impose.

Le secrétaire d'État John Kerry a ainsi appuyé, lors d'un témoignage devant le Congrès américain, l'appel lancé par le candidat de l'opposition Henrique Capriles.

Des manifestations ont viré à l'émeute mardi dans le sud du Venezuela, où les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène et des balles en plastique pour calmer des protestataires réclamant que les élections présidentielles de dimanche fassent l'objet d'un recomptage.

PLUS:pc