NOUVELLES

Postes Canada s'attend à une perte en 2013

17/04/2013 10:36 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Postes Canada dit s'attendre à essuyer une perte pour son exercice financier 2013, alors qu'elle est aux prises avec un volume de courrier « en déclin rapide » et un nombre croissant de nouvelles adresses.

La société de la Couronne a indiqué avoir été en mesure d'engranger un profit de 127 millions de dollars avant impôts l'an dernier.

Il s'agit d'un important retour à la rentabilité par rapport à la perte de 253 millions de dollars avant impôts enregistrée en 2011, une première perte en 16 ans pour Postes Canada.

Les principales activités de Postes Canada ont aussi affiché un profit en 2012, avec un bénéfice net de 98 millions de dollars, bien qu'il prenne sa source dans des ajustements de 152 millions reliés aux congés de maladie et aux soins médicaux postérieurs à l'emploi.

Sans les modalités de la nouvelle convention collective, Postes Canada aurait perdu 54 millions de dollars avant impôts, a indiqué la société.

Postes Canada a affirmé devoir continuer à revoir ses activités afin de compenser le déclin des volumes de courrier. Les envois nationaux ont été l'an dernier moindres de près d'un milliard par rapport à 2006, a précisé l'organisation.

Postes Canada et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) ont conclu une entente de convention collective à la fin de l'année dernière. Le syndicat avait effectué une série de grèves rotatives en 2011, avant que la direction ne décrète un lock-out.

La situation conflictuelle avait pris fin avec le dépôt, par le gouvernement Harper, d'une loi de retour au travail.

L'un des plus importants problèmes financiers de Postes Canada touche le déficit du régime de retraite de ses employés. Le déficit a grimpé à 5,9 milliards de dollars en 2012, par rapport à 4,7 milliards un an plus tôt. L'agence est responsable en vertu de la loi de trouver les fonds pour financer le régime.

La société a dit devoir continuer à explorer les occasions pour réviser ses activités et « rajuster ses coûts de main-d'œuvre » en fonction des besoins changeants dans les services postaux.

La Presse Canadienne

PLUS:rc