POLITIQUE

Pierre Karl Péladeau présidera le c.a. d'Hydro-Québec (TWITTER)

17/04/2013 09:53 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT
CP

Pierre Karl Péladeau est nommé à la tête du conseil d'administration d'Hydro-Québec. Il entrera en poste à la mi-mai.

Sa nomination a été approuvée lors d'un conseil des ministres, qui s'est spécialement réuni mercredi matin. Juste avant la période des questions, lors d'un bref point de presse, la première ministre, Pauline Marois, a précisé que M. Péladeau avait refusé d'être rémunéré pour exercer la fonction de président du conseil d'administration de la société d'État.

Mme Marois a aussi assuré que l'homme d'affaires veillera à n'être exposé à aucun conflit d'intérêts qui pourrait survenir avec les activités de ses entreprises du secteur des médias et des télécommunications. 

Par l'entremise d'un porte-parole de Québecor, Pierre Karl Péladeau s'est dit très heureux de contribuer à l'organisation stratégique qu'est Hydro-Québec.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, s'est également dite ravie de la nomination de M. Péladeau. Elle estime que les surplus d'énergie dont dispose la société d'État constituent une occasion pour le Québec. « Nous avons une opportunité d'utiliser ces surplus pour le développement économique du Québec, le développement économique des régions du Québec et aussi revisiter le rôle d'Hydro-Québec à l'international », a déclaré Mme Ouellet à sa sortie de la période des questions.

Par ailleurs, le président et chef de la direction d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, reste en poste.

Le mois dernier, Pierre Karl Péladeau annonçait qu'il allait bientôt céder les rênes du conglomérat médiatique Québecor à l'actuel président et chef de la direction de Vidéotron, Robert Dépatie. Il expliquait alors vouloir passer plus de temps avec sa famille et se consacrer notamment à la philanthropie, tout en restant vice-président du conseil d'administration de Québecor.

INOLTRE SU HUFFPOST

Pierre Karl Péladeau président du c.a. d'Hydro-Québec
Le meilleur et le pire du gouvernement Marois