NOUVELLES

Pessimisme avant le vote du Sénat américain sur les armes à feu

17/04/2013 11:22 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

A moins d'un rebondissement de dernière minute, la réforme des lois sur les armes promue par le président Barack Obama se dirigeait mercredi vers un échec partiel au Sénat américain, quatre mois après l'électrochoc du massacre de l'école de Newtown.

Selon un comptage du Washington Post, quelques heures avant un vote prévu vers 16H00 (20H00 GMT), les démocrates ne disposaient pas de la majorité requise pour faire adopter la mesure phare, qui imposerait des vérifications d'antécédents judiciaires et psychiatriques avant les achats d'armes sur internet et dans les foires spécialisées.

Un vote négatif ou l'adoption d'amendements vidant de leur substance les propositions dévoilées par le président, un mois après la fusillade, marquerait une défaite politique cinglante pour Barack Obama, qui a investi un capital politique considérable sur ce thème.

Depuis janvier, il a consacré trois déplacements et deux interventions formelles à la Maison Blanche aux armes à feu, souvent aux côtés de parents d'écoliers abattus à bout portant par Adam Lanza, le 14 décembre, dans deux salles de classe de l'école Sandy Hook à Newtown (Connecticut, nord-est).

"Nous n'aurons pas assez de voix aujourd'hui", a déclaré mercredi à une journaliste de NBC le sénateur démocrate Joe Manchin, auteur de la proposition phare.

Les sénateurs devaient voter sur neuf mesures, techniquement sous la forme d'amendements au texte qui a été adopté en commission par les démocrates.

Alors qu'un par un les sénateurs faisaient publiquement part de leurs intentions de votes, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a refusé mercredi d'admettre la défaite.

"Ce n'est pas fini. Je ne vais pas me livrer à une autopsie", a-t-il déclaré. Des responsables de la Maison Blanche ont indiqué que le président appelait lui-même les sénateurs hésitants.

Les vérifications d'antécédents sont aujourd'hui requises seulement dans les magasins, sauf dans quelques Etats qui ont voté des lois plus strictes. Or les armureries ne représentent que 60% des ventes, et les criminels et déséquilibrés peuvent donc se procurer librement des armes d'occasion sur le marché.

Une écrasante majorité d'Américains soutient la suppression de cette faille, mais le lobby des armes, par la voix de la National Rifle Association (NRA), s'est montré intraitable.

Le républicain Charles Grassley a accusé mercredi l'administration Obama "de politiser une terrible tragédie pour promouvoir son programme anti-armes" et proposé sa propre mesure qui assouplirait certaines réglementations.

Pour être adoptée, toute mesure devra rassembler 60 voix sur 100. Or les démocrates ne disposent que de 55 sièges.

"L'idée que le Congrès défie l'instinct écrasant des Américains après ce que nous avons vu à Newtown est inimaginable", a averti Barack Obama dans un entretien à la chaîne NBC mardi.

Mercredi, les sénateurs voteront aussi sur des amendements traitant, entre autres, des armes d'assaut, des chargeurs de grande capacité, du trafic d'armes et du port d'armes.

Le texte sur les armes d'assaut, qui interdirait la fabrication, la vente et l'importation de centaines de modèles d'armes semi-automatiques, du type de celle utilisée par Adam Lanza, est quasi assuré d'une défaite.

Une fois ces amendements décidés, d'autres votes devraient avoir lieu dans les jours suivants, avant un vote final sur l'ensemble du texte amendé. La Chambre des représentants, contrôlée par les républicains, devra alors se prononcer.

ico/are

PLUS:afp