NOUVELLES

Le brut poursuit sa chute à New York, malgré la baisse des stocks américains

17/04/2013 03:25 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Le pétrole a chuté de plus de deux dollars supplémentaires mercredi à New York, reprenant un mouvement de recul brièvement interrompu la veille, dans un marché toujours inquiet pour la demande en brut dans le monde, et ignorant la baisse des stocks d'or noir aux Etat-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai a cédé 2,04 dollars à 86,68 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Il s'agit du plus bas niveau de clôture du baril de brut texan de référence depuis la mi-décembre.

"Les chiffres du département de l'Energie n'ont apporté aucun soutien au marché aujourd'hui", a noté Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Le DoE a pourtant fait état dans la matinée d'un recul de 1,2 million de barils des stocks de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 12 avril, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient misé sur une légère progression, de 900.000 barils.

Ces stocks avaient gonflé de 6,3 millions de barils au cours des trois semaines précédentes, nourrissant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux États-Unis.

"Mais cela ne change pas grand chose au fait que les réserves de brut se situent à des niveaux plus vus en presque 23 ans", depuis juillet 1990, a observé M. Yawger.

D'autre part, les stocks de produits distillés, qui incluent le gazole et le fioul de chauffage et sont très surveillés au sortir d'un hiver rigoureux, ont enregistré un bond inattendu de 2,4 millions de barils, alors que les analystes attendaient un recul de 500.000 barils.

De leur côté, les réserves d'essence ont, elles, reculé de 600.000 barils, une baisse relativement conforme aux attentes.

Pour Matt Smith, de Schneider Electric, l'ensemble des marchés financiers restent plombés par "une inquiétude générale au sujet d'un ralentissement de la croissance économique dans le monde".

Les craintes liées à une décélération inattendue de la croissance chinoise au premier trimestre et des chiffres moroses aux Etats-Unis ont été ravivées par l'abaissement des prévisions économiques du Fonds monétaire international (FMI), qui table désormais sur une croissance mondiale à 3,3% pour 2013, contre 3,5% prévus.

"Dans ce contexte d'incertitude, les courtiers ont tendance à fuir les actifs à risque", comme les matières premières et le brut, "et à se diriger vers des investissements sûrs comme le dollar américain", a souligné Phil Flynn, de Price Futures Group.

Or, cette hausse du billet vert accentue la baisse du brut, car il rend moins attractifs les achats d'or noir libellés en dollar pour les acheteurs munis d'autres devises.

ppa/sl/lor

PLUS:afp