NOUVELLES

Le boom minier mondial n'est pas terminé (industrie canadienne)

17/04/2013 06:00 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Le "super cycle" que connaît l'industrie minière dans le monde n'est pas terminé, malgré la chute récente du prix de plusieurs métaux, minés par le ralentissement économique en Chine, a assuré mercredi le patron de l'Association minière du Canada Pierre Gratton.

"Le marché présente des signes perturbants qui ne peuvent être ignorés", en raison notamment de la situation économique mondiale qui "demeure incertaine", a-t-il concédé dans un discours devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

Néanmoins, même si elle "ne se situe plus dans les deux chiffres", la croissance chinoise "reste tout de même importante avec un taux supérieur à 7,5% dans l'ensemble" et elle repose "sur une plus grande base qu'autrefois", a-t-il dit.

Or c'est précisément la mondialisation de l'économie et la montée en puissance de la Chine dans les deux dernières décennies qui ont donné naissance au "super cycle" minier planétaire, a-t-il rappelé.

"La Chine consomme aujourd'hui environ 40% des métaux et des minéraux" produits dans le monde, "contre seulement 5% dans les années 1980", a-t-il précisé.

"L'industrie minière est cyclique et le restera toujours", a-t-il reconnu, mais le repli actuel des cours n'est, selon lui, qu'un "cycle" de ralentissement, voire une simple "pause", au sein d'un "super cycle" de croissance.

Il s'attend ainsi à "voir la demande doubler pour la majorité des produits minéraux au cours des 20 prochaines années", d'autant que l'Inde prendra la relève de la Chine comme moteur de la croissance mondiale vers 2030.

Il s'est montré aussi optimiste pour l'industrie minière du Canada, l'une des plus importantes au monde. "C'est l'industrie minière, par sa solidité et son étendue, qui a permis au Canada de traverser la récente crise économique mieux que tout autre pays du G8", a-t-il soutenu.

La valeur de la production minérale du Canada a dépassé les 50 milliards de dollars en 2011, un niveau record pour cette industrie qui emploie 320.000 personnes dans le pays.

jl/sab/sam

PLUS:afp