NOUVELLES

G20: les Etats-Unis veulent éviter le "chacun pour soi"

17/04/2013 04:26 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis veulent que les pays riches du Groupe des Vingt (G20) poursuivent leur coopération dans la lutte contre la crise et évitent l'écueil du "chacun pour soi", a déclaré mercredi à Washington le secrétaire au Trésor américain Jacob Lew.

"Nous voulons continuer de faire pression sur les pays du G20 pour qu'ils évitent la spirale fatale de la politique du chacun pour soi", a indiqué M. Lew dans un discours public, à la veille d'une rencontre des ministres de l'Economie et des Finances du G20 dans la capitale américaine.

"Il est impératif que tous les membres du G20 respectent leur récent engagement à ne pas cibler les taux de change de leur monnaie en vue d'en tirer un avantage concurrentiel", a affirmé M. Lew.

Le ministre américain a ajouté: "nous devons aussi continuer de veiller à ce que tous les membres du G7 tiennent leur promesse, en paroles et en actes, d'éviter le ciblage des taux de change (et) d'orienter leur politique monétaire et budgétaire vers la réalisation d'objectifs intérieurs" exclusivement.

Les ministres de l'Economie et des Finances du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie et Japon) se sont engagés en février à se "consulter étroitement sur les changes et à coopérer de façon appropriée" et à ce que leurs politiques budgétaires restent orientées vers des "objectifs nationaux".

Dans son rapport semestriel sur la politique de change des grands partenaires commerciaux des Etats-Unis publié vendredi, le Trésor s'est ému de l'offensive lancée début avril par la banque centrale japonaise contre la déflation.

Sur le marché des changes, cette nouvelle politique tend à faire baisser le yen. Certains responsables japonais ont indiqué que la baisse de la monnaie nippone était un objectif de politique nationale avant d'être recadrés.

Prenant note de l'engagement répété de Tokyo à lutter principalement pour soutenir la demande intérieure et à ne pas chercher à faire baisser artificiellement le yen, le Trésor avait annoncé qu'il comptait "surveiller de près" ce que fait le Japon, lui demandant de ne pas se lancer dans une "course à la dévaluation".

mj/sl/sam

PLUS:afp