NOUVELLES

Taxes modifiées : le mécontentement gagne les hôteliers

16/04/2013 01:15 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Les hôteliers de Québec ont commencé à recevoir leurs comptes de taxes révisés et déjà, certains manifestent leur colère. Le réajustement des impôts fonciers par la Ville de Québec leur coûtera des dizaines de milliers de dollars supplémentaires.

Leurs premiers comptes de taxes, souvent à la baisse en début d'année, ont été modifiés pour limiter les hausses substantielles d'autres entreprises. Ainsi, l'hôtel PUR subit une augmentation de 27 000 $ et l'Hôtel Hilton, une augmentation de ses taxes de 83 000 $.

Le Château Laurier, quant à lui, voit ses taxes augmenter de 53 000 $. Le directeur général du Château Laurier, Alain Girard, se dit déçu. « Moi, je trouve que la mesure Robin des bois, c'est de la foutaise, parce que ce n'est pas vrai qu'on enlève aux plus riches pour donner aux plus pauvres, c'est dénaturer le débat. On travaille avec ceux qui ont eu des augmentations de taxes et ceux qui ont eu des diminutions de taxes, ça n'a rien à voir avec la richesse et rien à voir avec la pauvreté », soutient M. Girard.

La modification passe également mal du côté du Château Bonne entente qui fait face à une augmentation de taxes de 28 000 $ par rapport au compte reçu en début d'année. Bien que ces taxes soient tout de même moins élevées qu'en 2012, le propriétaire Alain April n'apprécie pas la modification apportée après coup, alors que les budgets sont déjà faits. « Si on avait reçu ce compte-là au mois de janvier, personne n'aurait parlé. Ce qui est plate, c'est qu'on est revenu sur ce qui avait été fait au début, donc il va falloir faire attention quand le monde crie, des fois, de réagir au son », dit-il.

Certains hôteliers parlent de contester l'évaluation, d'autres acceptent les augmentations de taxes. L'Association hôtelière de la région de Québec attend d'avoir consulté ses membres avant de réagir.

De son côté, le maire de Québec, Régis Labeaume, dit assumer son choix. « Ils vont survivre. Je les comprends. Ils avaient déjà eu l'annonce qu'ils auraient une très grosse baisse de taxes, ce n'est pas le cas, alors on ne peut pas faire plaisir à tout le monde. J'ai fait un choix politique et je vais l'assumer jusqu'à la fin », déclare le maire.

Rappelons que la Ville de Québec a procédé à la révision de dossiers afin de diminuer les taxes de petites et moyennes entreprises par rapport au compte expédié en début d'année. Or, ces baisses de taxes sont compensées par des hausses pour les plus grosses entreprises, dont les hôteliers, qui devront payer globalement environ 10 millions de plus en 2013.

Les commerçants ont jusqu'à la fin du mois d'avril pour contester leur compte révisé.

PLUS:rc