NOUVELLES

Le séisme en Iran fortement ressenti dans les monarchies du Golfe

16/04/2013 07:45 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

Le nouveau séisme qui a frappé l'Iran mardi a été fortement ressenti dans les monarchies voisines du Golfe, notamment les Emirats arabes unis où les tours d'habitation et de bureaux ont été évacuées, selon des témoins.

Les tours abritant les compagnies dans le centre financier de Dubaï et Media City, ainsi que les immeubles d'habitation du front de mer, ont été évacués.

"Tout le monde est descendu dans la rue. C'est la panique", a affirmé Rami, le directeur d'une compagnie d'assurance dont les bureaux se trouvent près du Dubai Mall, le plus grand centre commercial de la ville, également évacué.

Des milliers de personnes se sont rassemblées devant les gratte-ciel de Jumeirah Lake Towers, près du front de mer à Dubaï, selon un journaliste de l'AFP qui a vu deux personnes, dont une femme enceinte, être transportées à l'hôpital en ambulance.

Beaucoup de compagnies ont demandé à leurs employés de rentrer à la maison, ce qui a provoqué des embouteillages monstres.

Le séisme a également été fortement ressenti au Koweït, notamment dans les zones côtières. "Tous les bureaux ont été évacués. Nous sommes sortis en courant de l'immeuble", a affirmé un employé dont le bureau se trouve au 28ème étage d'une tour.

A Bahreïn, les immeubles ont été évacués dans le centre financier de Manama et les autorités ont annoncé qu'une réplique avait été ressentie.

Le séisme a également été ressenti à Ryad, dans l'est de l'Arabie saoudite, et dans le sultanat d'Oman, selon des habitants.

Le séisme de 7,5 de magnitude a frappé le sud-est de l'Iran, a annoncé le centre iranien de sismologie, une semaine après un précédent tremblement de terre qui avait fait près de 40 morts dans le sud-ouest du pays et avait été également ressenti, mais plus faiblement, dans les monarchies du Golfe.

Les monarchies arabes du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient réclamé à la suite du premier séisme une inspection internationale de la centrale nucléaire iranienne de Bouchehr estimant que le tremblement de terre présentait un risque potentiel pour leur environnement.

Le CCG avait déjà mis en garde contre le choix du site de Bouchehr, une zone sismique, pour la centrale iranienne et contre le "risque de fuites radioactives et ses conséquences éventuelles sur l'environnement du Golfe", a-t-il rappelé.

bur-lyn/at/vl

PLUS:afp