NOUVELLES

Le président tunisien visé par une motion de censure

16/04/2013 12:33 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

Une motion de censure visant le président tunisien Moncef Marzouki, très critiqué par l'opposition en raison de propos dénonçant "les extrémistes laïques", a été déposée mardi à l'Assemblée nationale constituante (ANC), a annoncé la députée Karima Souid.

"Je vous confirme que la motion de censure relative au président de la République provisoire Moncef Marzouki a été déposée au bureau d'ordre de l'ANC avec 77 signatures (...) en ma présence", a indiqué sur ses comptes Facebook et Twitter Mme Souid, une élue d'opposition et assesseur auprès du président de l'Assemblée en charge des relations avec les médias.

Aucune date n'a encore été fixée pour le débat sur cette motion. Pour aboutir, elle doit recueillir les votes de 109 des 217 députés, ce qui est peu probable, M. Marzouki étant soutenu par la coalition au pouvoir, dominée par les islamistes d'Ennahda, et majoritaire à l'ANC.

L'opposition récolte depuis fin mars les signatures de députés pour déposer cette motion contre le président en raison de déclarations tenues à l'antenne de Al Jazeera où il estimait que les "laïcs extrémistes" pourraient déclencher une révolution sanglante dans laquelle ils seraient "pendus".

M. Marzouki, laïc de centre-gauche qui s'est allié aux islamistes du parti d'Ennahda après la révolution de janvier 2011, est régulièrement accusé par l'opposition de s'être soumis aux volontés du mouvement islamiste, mais c'est la première fois qu'elle tente de le limoger.

La présidence tunisienne n'a pas commenté le dépôt de cette motion, mais M. Marzouki l'avait qualifié début avril "d'acte burlesque".

alf/kl/cnp

PLUS:afp