NOUVELLES

Le bénéfice de Johnson & Johnson recule de 10 % malgré une hausse des ventes

16/04/2013 12:42 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

NEW BRUNSWICK, États-Unis - Le fabricant du médicament Tylenol et d'appareils médicaux Johnson & Johnson a vu son bénéfice reculer d'un peu plus de 10 pour cent à son premier trimestre, l'augmentation de ses ventes ayant été contrebalancée par une hausse des coûts de production, de marketing et d'administration.

La société de New Brunswick, dans l'État du New Jersey, a affiché un bénéfice de 3,5 milliards $ US, soit 1,22 $ US par action, ce qui représente une baisse de 10,6 pour cent par rapport au profit de 3,9 milliards $ US, ou 1,41 $ US par action, réalisé à la même période l'année dernière.

En excluant des charges liées à des litiges et à des acquisitions totalisant 610 millions $ US, le bénéfice atteint 4,1 milliards $ US, ou 1,44 $ US par action. Cela est supérieur aux attentes des analystes, qui visaient en moyenne un bénéfice par action de 1,40 $ US.

Les revenus ont grimpé à 17,5 milliards $ US, une hausse de 8,5 pour cent par rapport à ceux de 16,1 milliards $ US pour le premier trimestre précédent. Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires de 17,46 milliards $ US.

Les ventes américaines ont progressé de 11,2 pour cent, Johnson & Johnson ayant remis sur les tablettes des magasins un plus grand nombre de médicaments vendu sans ordonnance qui avaient fait l'objet de rappels. Les ventes internationales ont avancé de 6,3 pour cent.

Les ventes d'appareils médicaux et de diagnostics se sont accrues de 10 pour cent à 7,06 milliards $ US. Ce gain est partiellement attribuable aux nouveaux produits obtenus l'an dernier avec le rachat du fabricant d'appareils orthopédiques Synthes — la plus importante acquisition jamais réalisée par Johnson & Johnson, à 19,1 milliards $ US.

Les revenus de la vente de médicaments sous ordonnance ont gagné 10,4 pour cent à 6,77 milliards $ US, notamment grâce à la popularité du traitement Invega Sustenna pour la schizophrénie, à trois traitements pour des maladies immunitaires et à deux nouveaux médicaments destinés à devenir d'importants piliers des ventes. Ceux-ci sont le Zarelto, qui prévient les caillots sanguins et les accidents vasculaires cérébraux, et le Zytiga, qui traite le cancer de la prostate.

Les coûts de production ont bondi de 13 pour cent à 5,55 milliards $ US, essentiellement en raison d'une charge liée à l'acquisition de Synthes au deuxième trimestre de 2012.

En outre, la société procède toujours à des mises à niveau d'usines et se soumet à davantage d'inspections réglementaires dans la foulée des quelque trois dizaines de rappels effectués depuis 2009, principalement pour des médicaments vendus sans ordonnance. Ces rappels ont empêché Johnson & Johnson de vendre ses Tylenol, Motrin et plusieurs autres de ses produits jusqu'à récemment.

PLUS:pc