NOUVELLES

La Cour suprême se penche sur l'adoption d'une fillette d'un père cherokee

16/04/2013 04:15 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

La Cour suprême des Etats-Unis s'est penchée mardi sur le sort d'une fillette de 3 ans, légalement adoptée à sa naissance mais rendue deux ans plus tard à son père biologique, un Cherokee, en vertu d'une loi protégeant les Amérindiens.

L'avocate Lisa Blatt s'est livrée à une vibrante plaidoirie en faveur du couple adoptif, Matt et Melanie Capobianco, des habitants de Caroline du Sud, évoquant une situation "absurde" et "kafkaïenne".

Par décision de justice, la petite fille, appelée Veronica pour les besoins de la procédure, a été rendu deux ans après son adoption à son père biologique, Dusten Brown, un Cherokee, qui avait renoncé à ses droits pendant la grossesse mais en avait réclamé la garde après l'adoption.

C'est "le coeur gros" que la Cour suprême de Caroline du Sud avait pris cette décision le 26 juillet 2012, estimant que la loi fédérale dite ICWA (pour Indian Child Welfare Act) primait sur celle de Caroline du Sud qui avait légalisé l'adoption.

C'était mardi la première fois en 14 ans et la seconde fois en tout et pour tout que la plus haute juridiction du pays se penchait sur cette loi votée en 1978 pour protéger les tribus indiennes après des années pendant lesquelles des enfants indiens étaient retirés à leurs familles.

Dans leur appel devant la Cour suprême, les parents adoptifs ont pointé le fait que la loi ICWA ne s'appliquait pas dans 11 autres Etats américains où sont implantés des tribus indiennes, et que le jugement aurait donc été tout autre si l'adoption avait eu lieu ailleurs.

Leur avocate a averti les neuf juges que s'ils confirmaient fin juin la décision de la Cour de Caroline du sud, ils "interdiraient de fait l'adoption interraciale d'enfants indiens", "relègueraient" les candidats à l'adoption "au fond du bus" et cantonneraient les enfants d'origine amérindienne sur "un terrain avec une pancarte: +Attention, Indiens, ne pas déranger+".

Outre l'administration Obama, 18 Etats américains, la Nation cherokee et d'autres tribus indiennes se sont rangés derrière Dusten Brown.

chv/mdm

PLUS:afp