NOUVELLES

Cyprus Airways, en quasi-faillite, en pourparlers avec la Libanaise MEA

16/04/2013 01:05 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

La compagnie aérienne nationale chypriote Cyprus Airways, en pleine restructuration pour tenter d'éviter une faillite, a indiqué mardi être en pourparlers au sujet d'une éventuelle prise de participation avec la compagnie libanaise Middle East Airlines (MEA).

"MEA et ses représentants ont eu des contacts préliminaires avec la direction de la société et le ministère des Finances", a indiqué Cyprus Airways dans un communiqué transmis à la Bourse.

"Nous en sommes au début des consultations et jusque là, il n'y a aucun accord à annoncer", a précisé la compagnie.

"Des consultations ont eu lieu avec d'autres compagnies ayant fait connaître leur intérêt pour un rachat de Cyprus Airways. Cependant, ces consultations en sont également à la phase préliminaire", a-t-elle ajouté.

Début avril, la compagnie avait indiqué avoir des signaux "encourageants" concernant un rachat par une société chinoise, Yi Xiang Da Investment.

Le gouvernement, qui a assuré qu'il maintiendrait la compagnie à flot jusqu'à la fin de l'été pour assurer le transport de centaines de milliers de touristes, a fait valoir le besoin pressant de la restructurer pour assurer sa survie à court terme, qualifiant il y a une semaine sa situation des "très fragile".

Cyprus Airways a indiqué que l'Etat avait validé son plan de restructuration, qui prévoit de diviser par presque deux la flotte, qui passerait de 11 Airbus à six plus un en réserve.

Les syndicats ont indiqué qu'un accord avait été conclu concernant la suppression de 490 postes sur 1.030.

La compagnie avait annoncé début mars des pertes de 55,8 millions d'euros après impôts pour l'année 2012, soit plus du double des pertes enregistrées l'année précédente, expliquant cet écart par une baisse des revenus du fret et la diminution du trafic passagers.

Cyprus Airways, qui dessert 41 destinations, a également dû faire face à la concurrence de transporteurs à bas coûts sur les destinations les plus fréquentées, comme la Grèce et la Grande-Bretagne.

cc/al/cnp/vl

PLUS:afp