NOUVELLES

Commission Charbonneau: B. Trépanier se porte à la défense de Frank Zampino

16/04/2013 10:16 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'ex-responsable du financement d'Union Montréal, Bernard Trépanier, s'est vigoureusement porté à la défense de Frank Zampino, ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, mardi devant la Commission Charbonneau.

Il a ainsi soutenu que jamais M. Zampino n'avait été impliqué dans le stratagème de répartition des contrats de génie-conseil à la Ville de Montréal. «Jamais M. Zampino n'a été impliqué dans l'octroi des contrats», a-t-il martelé.

M. Trépanier a ainsi résumé sa logique, à l'époque où il s'occupait du financement du parti politique au pouvoir à Montréal: «moi j'avais toujours en tête les anciennes formules de qui était avec nous autres, dans les élections précédentes. T'avais été avec nous autres? Et bien c'était ceux qui feraient partie pour avoir des contrats. C'était ma philosophie».

M. Trépanier a déjà admis s'être personnellement occupé de la répartition des contrats entre les firmes de génie-conseil, pendant un certain temps, avant que deux responsables de firmes de génie, Rosaire Sauriol, de Dessau, et Michel Lalonde, de Génius, se plaignent de son manque de compétence en la matière, préférant le faire eux-mêmes.

Mais M. Zampino ne s'en est jamais mêlé. «Je n'ai jamais discuté avec M. Zampino, jamais», s'est-il exclamé.

M. Trépanier s'est porté à la défense de M. Zampino avec une telle ardeur qu'il s'est même permis de demander à l'avocat de l'Association des constructeurs de routes et grands travaux qui le contre-interrogeait, Me Denis Houle, s'il avait «une dent contre M. Zampino» ou contre sa relation d'amitié avec M. Zampino.

Photos d'élus et d'ingénieurs

Le procureur chef adjoint de la commission, Me Denis Gallant, a déposé six photos que lui a remises M. Trépanier et qui ont été prises lors de son 70e anniversaire, sur lesquelles on le voit entre autres en compagnie de l'ancien président de l'Assemblée nationale Michel Bissonnet.

M. Bissonnet a été député libéral dans les années 1980, 1990 et 2000 et a été président de l'Assemblée nationale de juin 2003 à juillet 2008. Il a été élu maire de l'arrondissement Saint-Léonard en septembre 2008.

De même, Cosmo Maciocia, un autre ancien député libéral devenu maire de l'arrondissement Rivière-des-Prairies_Pointe-aux-Trembles, apparaît sur l'une de ces photos.

Les six photos déposées ont été prises en décembre 2009 au buffet Rizz, dans l'est de Montréal, lors d'une fête organisée pour célébrer les 70 ans de Bernard Trépanier. Ce dernier a été responsable du financement d'Union Montréal de 2004 à 2008.

L'ancien président du comité exécutif de Montréal, Frank Zampino, y apparaît également, de même que Sammy Forcillo, ex-vice-président du comité exécutif de Montréal, et les patrons de firmes de génie Michel Lalonde et Rosaire Sauriol.

«C'était légal dans mon livre»

Contre-interrogé cette fois par Me Michel Dorval, avocat pour Union Montréal, concernant une somme de 40 000 $ comptant remise par Yves Cadotte, vice-président de SNC-Lavalin, M. Trépanier a admis l'avoir reçue, avant de la mettre dans le coffre de sa voiture, puis dans le coffre-fort du parti.

Mais il a justifié son acceptation de l'argent comptant par le fait qu'il croyait que cela était légal. «Dans mon livre, oui», c'était légal, a-t-il répondu à Me Dorval.

«Dans mon livre, c'était correct. Moi, j'avais un 'target' à rencontrer. En autant que je rencontrais mes objectifs... J'apportais l'argent, puis il va avoir tant pour faire la campagne, il va avoir tant pour tel autre événement. Je l'ai fait», a conclu M. Trépanier.

Me Dorval a également révélé que M. Trépanier s'était porté acquéreur d'un bateau Sundancer usagé de 34 pieds qu'il avait payé 110 000 $ en 2004. C'était son cinquième bateau, a précisé le témoin.

Les contre-interrogatoires étant maintenant terminés, la commission poursuivra l'audition du témoignage de M. Trépanier, mais il sera cette fois frappé d'une ordonnance de non-publication. Après seulement, la commission entendra M. Zampino.

PLUS:pc