NOUVELLES

Centrafrique: l'ONU condamne les violences de la Séléka à Bangui

16/04/2013 11:05 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon "condamne fermement les actes de violence de la Séléka contre la population civile", à la suite des affrontements du week-end dernier à Bangui, a déclaré mardi son porte-parole Martin Nesirky.

Selon M. Nesirky, M. Ban "appelle les autorités de fait à rétablir l'ordre et la sécurité publique dans l'ensemble du pays, et à assurer la protection des civils".

M. Ban est aussi "profondément préoccupé par la détérioration de la situation humanitaire et par les graves violations des droits de l'homme qui continuent" en République centrafricaine.

Le communiqué cite des "meurtres, viols, pillages et pilonnages" ainsi que "les tirs aveugles et le recrutement d'enfants soldats". L'ONU "rappelle que ceux qui sont responsables de telles violations devront individuellement répondre de leurs actes".

Le secrétaire général "réitère que les accords de Libreville devraient être la base de tout cadre politique visant à mettre fin à la crise actuelle". Il appelle la Communauté des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et l'Union africaine (UA) à "prendre des mesures immédiates et urgentes pour répondre à la gravité de la situation sécuritaire avec l'assistance de la communauté internationale".

Une vingtaine de personnes ont été tuées samedi et dimanche à Bangui lors d'affrontements entre des habitants et des éléments de la coalition Séléka au pouvoir depuis le 24 mars. Celle-ci peine à établir l'ordre dans Bangui depuis la fuite de l'ex-président François Bozizé et les pillages par des hommes de l'ancienne rébellion ou des bandits se poursuivent.

avz/bdx

PLUS:afp