NOUVELLES

Caisse de dépôt: la rémunération de Michael Sabia augmente de 11 pour cent

16/04/2013 03:06 EDT | Actualisé 16/06/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - La rémunération versée en 2012 au grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, a augmenté de 10,6 pour cent pour atteindre 1 million $.

Le salaire de base de M. Sabia est demeuré stable à 500 000 $, mais sa prime de rendement a augmenté de 100 000 $ pour atteindre 500 000 $, indique le rapport annuel 2012 déposé mardi à l'Assemblée nationale.

En fait, la prime consentie à Michael Sabia s'est élevée à 1,2 million $ en 2012, soit le même montant qu'en 2011. Par contre, M. Sabia a fait passer de 800 000 $ à 700 000 $ la portion de cette prime dont le paiement est différé de trois ans, ce qui a eu pour effet d'augmenter la somme qu'il a reçue en 2012.

Les montants différés qui seront payés en 2015 varieront à la hausse ou à la baisse en fonction du rendement moyen de la Caisse au cours des trois prochaines années.

Soulignons que la rémunération des hauts dirigeants de la Caisse est largement inférieure à celle des autres grandes caisses de retraite canadiennes.

À titre d'exemple, la rémunération totale du grand patron du Régime de retraite des enseignants de l'Ontario (Teachers), Jim Leech, s'est chiffrée à 5,4 millions $ en 2012 alors que celle de son homologue de l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada, David Denison, s'est élevée à 3,2 millions $.

La rémunération totale des six plus hauts dirigeants de la Caisse a atteint 6,52 millions $ en 2012, en hausse de 0,8 pour cent par rapport à 2011.

Comme ce fut le cas au cours des dernières années, le chef de la direction des risques, Claude Bergeron, a touché une prime spéciale pour sa gestion du dossier du papier commercial adossé à des actifs, qui a coûté des centaines de millions de dollars à l'institution en 2007 et en 2008.

La plupart des 2678 employés de la Caisse et de ses filiales touchent des primes. En 2012, celles-ci ont totalisé 35,3 millions $, contre 31,4 millions $ en 2011.

En 2012, la Caisse a enregistré un rendement de 9,6 pour cent, contre quatre pour cent en 2011.

Placements

Le rapport annuel indique par ailleurs que la Caisse s'est départie en 2012 de près du tiers de sa participation dans la firme d'ingénierie SNC-Lavalin (TSX:SNC), qui est secouée par des scandales de malversations depuis plus d'un an. Au 31 décembre 2012, la Caisse détenait 6,1 millions d'actions de SNC, contre 8,9 millions à la fin de 2011.

La Caisse a aussi vendu des actions de Power Corporation (TSX:POW), de la Banque Nationale (TSX:NA) et de Dollarama (TSX:DOL), mais en a acquis du Canadien National (TSX:CNR), de Bombardier (TSX:BBD.B), de CGI (TSX:GIB.A), de Rona (TSX:RON), de Saputo (TSX:SAP) et de Gildan (TSX:GIL).

L'investissement le plus important de la Caisse dans une entreprise québécoise inscrite en Bourse est celui dans CGI, qui valait 1,56 milliard $ à la fin de 2012.