NOUVELLES

Washington minimise l'impact de la démission du Palestinien Salam Fayyad

15/04/2013 06:08 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Washington a minimisé lundi l'impact de la démission du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, survenue après un bras de fer avec le Fatah du président Mahmoud Abbas, rappelant que les "aspirations du peuple palestinien" importaient plus que le destin d'"un seul homme".

La démission de M. Fayyad est pourtant une embûche de plus pour les Etats-Unis, qui espèrent ramener Israéliens et Palestiniens à la table des négociations.

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a salué Salam Fayyad, que Barack Obama avait rencontré le mois dernier à Ramallah, évoquant son travail pour "la croissance économique, la construction d'un Etat et la sécurité des Palestiniens".

"Même si nous saluons le travail effectué par le Premier ministre Fayyad, il est important de se souvenir qu'il s'agit là des aspirations du peuple palestinien", a ajouté M. Carney. "La question n'est pas celle d'un seul homme".

"Ces questions sont plus importantes que le destin d'un seul individu et nous restons attachés à poursuivre nos efforts pour construire des institutions en Cisjordanie et à travailler avec les dirigeants palestiniens et israéliens pour relancer" les négociations de paix, a-t-il poursuivi.

Dimanche, à Tokyo, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait regretté la démission de Salam Fayyad, "un bon ami", et appelé l'Autorité palestinienne à choisir "la bonne personne" pour exercer ses fonctions et continuer à travailler avec les Etats-Unis.

Au terme d'un bras de fer avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, M. Fayyad, un économiste indépendant de 61 ans, avait présenté sa démission samedi à M. Abbas, qui l'avait aussitôt acceptée.

col/mdm/are

PLUS:afp