NOUVELLES

Un groupe accuse le régime syrien d'utiliser des prisons secrètes

15/04/2013 09:28 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - L'unité militaire syrienne responsable de la protection de la capitale du pays, Damas, utiliserait des prisons secrètes dans lesquelles seraient détenues des centaines de personnes soupçonnées de militer contre le régime de Bachar el-Assad.

Un organisme syrien de défense des droits de la personne, le Centre de documentation des violations des droits humains en Syrie, a indiqué lundi que la 4e Division a ouvert ces prisons dans ses bases de Damas et de la région.

Cette division est considérée comme un des piliers du régime et sa mission est de défendre la capitale.

Le centre — qui suit l'évolution du nombre de morts, blessés et disparus depuis le début de la crise — dit avoir rencontré plusieurs anciens détenus, qui affirment avoir été retenus dans des cellules minuscules et battus par leurs gardes.

Un enseignant de 31 ans a raconté avoir été torturé avec des chocs électriques et battu dès le moment de son arrivée.

Les allégations du centre n'ont pas pu être vérifiées de source indépendante, mais des groupes comme Human Rights Watch ont dit que des milliers de militants de l'opposition ont été arrêtés depuis le début du soulèvement contre le régime Assad en mars 2011.

Par ailleurs, le ministère allemand des Affaires étrangères a indiqué que 36 Syriens grièvement blessés étaient en route pour le pays afin d'y être soignés dans des hôpitaux militaires. Tous les patients ont déjà été traités provisoirement en Jordanie et devaient arriver en Allemagne lundi. Une porte-parole du ministère a refusé de dire s'il s'agit de soldats ou de rebelles, expliquant simplement qu'ils ont été choisis en collaboration avec l'opposition syrienne et des experts en Jordanie, en fonction de critères médicaux.

PLUS:pc