NOUVELLES

Soudan: l'accès aux déplacés du Darfour est trop dangereux (ONU)

15/04/2013 07:39 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Plus de 35.000 personnes ont probablement été affectées par les récents combats dans la région du Darfour-Sud, dans l'ouest du Soudan, mais les organisations humanitaires ont été prévenues que l'accès à la région n'était pas sûr, a annoncé lundi l'ONU.

De nombreux habitants ont fui après des attaques rebelles début avril et de "possibles" bombardements aériens autour des localités de Muhagiriya et Labado, à une centaine de kilomètres à l'est de Nyala, la capitale du Darfour-Sud, selon la mission de paix internationale.

"Apparemment les autorités ont jugé (la zone) trop dangereuse pour l'accès des agences d'aide", a expliqué Damian Rance, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

"Nous supposons qu'il y a une population affectée de plus de 35.000 personnes", a-t-il ajouté, soulignant que les organisations humanitaires nécessiteraient d'avoir accès à la zone pour évaluer les besoins.

Plusieurs milliers de déplacés se sont réfugiés près de bases de la mission de paix Union africaine-ONU au Darfour (Minuad), a annoncé la mission.

La faction Minni Minnawi de l'Armée de libération du Soudan (rebelles du Darfour) avait assuré lundi qu'elle contrôlait toujours les localités de Muhagiriya et Labado, dont elle s'est emparée le 6 avril.

it/feb/fc

PLUS:afp