NOUVELLES

Scott sème l'allégresse en Australie avec sa victoire au Tournoi des maîtres

15/04/2013 06:48 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

BRISBANE, Australie - Greg Norman pouvait à peine regarder: le Grand requin blanc était trop souvent passé près de mériter le veston vert, sans réussir à l'obtenir.

À leur réveil, lundi, les Australiens ont pu constater qu'Adam Scott était encore en bonne posture au Tournoi des maîtres - avant d'apprendre le triomphe d'un des leurs, ils savaient que Norman et Scott, parmi d'autres Australiens, avaient déjà terminé au deuxième rang.

Pam Scott était chez elle avec sa fille dans l'état du Queensland, regardant son fils de 32 ans à la télé, en sachant que tant d'autres espéraient la consécration de leur favori.

«Nous avons sauté de joie, a t-elle dit. Nous étions devant l'écran depuis quatre heures du matin. Nous n'en pouvions plus. Ç'a été un grand soulagement.»

Adam Scott a semé l'allégresse en terre natale en calant un roulé de 12 pieds pour un oiselet au deuxième trou de prolongation, battant Angel Cabrera alors que la noirceur commençait à s'installer à Augusta.

Scott remportait un premier tournoi majeur en carrière. En juillet dernier à l'Omnium britannique, la victoire lui a échappé par un seul coup au profit d'Ernie Els, à la suite de bogueys sur les quatre derniers trous.

Deux autres Australiens, soit Jason Day et Marc Leishman, étaient dans le top 5 au début de la dernière ronde. Day a fini troisième et Leishman quatrième, à égalité avec Tiger Woods.

«L'Australie est fière de ses sportifs, et nous n'avions pas encore obtenu un tel joyau, a dit Scott. C'est incroyable que ce soit moi qui ait réussit à gagner à Augusta. Mais il y a un gars qui a inspiré tous les golfeurs du pays, et c'est Greg Norman. Il a été fabuleux pour moi et pour tous les grands golfeurs. Ça lui revient en partie.»

En 1986, Jack Nicklaus a joué 30 sur le deuxième neuf pour ravir le veston vert à Norman. L'année suivante, Larry Mize a réussi un coup d'approche de 140 pieds pour le reléguer en deuxième place et en 1996, le «Shark» a bousillé une avance de six coups pour finir derrière Nick Faldo.

«Je suis extrêmement heureux pour Adam, a dit Norman par téléphone à partir de son domicile en Floride. J'en avais les larmes aux yeux.»

Norman était tellement nerveux devant sa télé qu'il est allé un peu au gymnase avant de revenir regarder les quatre derniers trous.

«Je peux juste imaginer comment tout le monde se sentait quand je jouais», a t-il dit.

PLUS:pc