NOUVELLES

Libye: un journaliste emprisonné pour diffamation envers des juges

15/04/2013 09:32 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Un journaliste libyen est détenu depuis près de quatre mois pour diffamation et insulte envers la justice, a indiqué lundi à l'AFP son avocat, précisant que son client était hospitalisé suite à une grève de la faim.

Amara Abdallah Al-Khitabi, 67 ans, rédacteur en chef du journal privé Al-Oumma, est accusé de "diffamation et d'insulte" envers le système judiciaire après avoir publié une liste, circulant sur internet, de 87 noms de juges et procureurs qui seraient corrompus.

Me Salem a dénoncé des irrégularités dans la procédure et appelé à la libération de son client qui est passible jusqu'à 15 ans de prison selon le code pénal.

M. Al-Khitabi "observe une grève de la faim depuis trois semaines", a ajouté l'avocat, précisant que son client, diabétique, souffre de graves problèmes de santé.

Lundi, le tribunal a décidé d'ajourner une nouvelle audience du procès après le désistement d'un juge, a précisé l'avocat, ajoutant que M. Al-Khitabi, hospitalisé des suites de sa grève de la faim, n'a pu assister à l'audience.

Il a en outre déploré le fait qu'il n'ait pas été autorisé à visiter son client en prison, et dit ne pas comprendre pourquoi il était détenu dans une prison ultra-sécurisée dans laquelle se trouvent des responsables de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi.

Des organisations de défense des droits de l'Homme et des journalistes comme Reporters sans frontières (RSF), Human Right Watch et Amnesty International ont appelé à la libération du journaliste.

Des dizaines de journaux et chaînes de télévision privés ont vu le jour après la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi qui avait bâillonné la presse durant des années, interdisant les médias privés et bannissant toute critique.

Des médias et des journalistes ont été toutefois la cible ces derniers mois d'attaques et d'enlèvements de la part de milices armées.

ila-yba/vl

PLUS:afp