NOUVELLES

Le Liban proteste contre des tirs à partir de la Syrie

15/04/2013 01:15 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Le Liban a condamné lundi les tirs contre son territoire à partir de la Syrie quels qu'en soient leurs auteurs et a annoncé qu'il allait adresser une note de protestation à la Ligue arabe.

Ce pays a décidé d'agir ainsi après la mort dimanche de deux Libanais, tués dans l'est du pays par des obus tirés depuis le territoire syrien.

"La sécurité des citoyens libanais et de chaque village est de la responsabilité de l'Etat libanais, et les attaques sont inacceptables quels qu'en soient les auteurs", a affirmé le ministre libanais des Affaires sociales Waël Abou Faour à l'issue d'une réunion gouvernementale.

Il a précisé que le ministère des Affaires étrangères "prendrait toutes les mesures et contacts nécessaires pour s'assurer que toutes les parties assument leurs responsabilités et ne réitèrent pas leurs attaques".

Parmi les mesures envisagées par le gouvernement démissionnaire dans lequel le mouvement chiite Hezbollah occupe une position dominante, figurent "la rédaction d'un memorandum à la Ligue arabe" dans lequel figurera "une protestation contre les attaques quelle que soit la partie responsable", ajouté le ministre.

Des bombardements contre le Liban ont déjà fait des victimes, mais dimanche pour la première fois, les obus tirés par des rebelles syriens sont tombés sur des régions sous contrôle du Hezbollah, puissant allié du régime de Bachar al-Assad.

Selon une source au sein des services de sécurité libanais, deux nouveaux obus sont tombés lundi sur la localité de Qasr, sans faire de victimes.

Abou Oudaï, un combattant rebelle, a confirmé que les insurgés avaient tiré dimanche sur les positions du Hezbollah mais démenti un bombardement lundi.

"Hier, nous avons frappé les positions du Hezbollah car il avait bombardé Qoussair, Nahriyé, Bourhaniyé and Saqarji (en Syrie) et s'il le faut, nous choisirons des cibles civiles comme ils le font", a dit Abou Oudaï, de la "Division indépendante Farouk".

"Leurs citoyens n'ont pas plus de valeur que nos civils. Le Hezbollah tue sans discernement dans les régions de Syrie", a-t-il ajouté.

Depuis le début il y a deux ans du conflit en Syrie, ancienne puissance tutélaire au Liban, Beyrouth a adopté une politique de neutralité et s'abstient de condamner qui que ce soit lorsqu'un obus tombe sur son territoire.

Cependant, ce conflit divise profondément le Liban où une partie de la population soutient les rebelles alors que l'autre, notamment le Hezbollah, appuie le régime du pays voisin.

M. Abou Faour a affirmé que les militaires avaient pris des mesures "pour protéger les citoyens libanais contre toute attaque", sans toutefois les détailler, ni dire si l'armée allaient riposter aux tirs.

Par ailleurs, des habitants de la Bekaa (est) ont indiqué à l'AFP que les dépouilles de cinq combattants du Hezbollah avaient été rapatriées de Syrie entre dimanche et lundi.

Selon un habitant d'El Khasi, "ils sont morts dans les combats le 8 avril dans le secteur de Qousseir, frontalier du Liban".

"Nous avons mis en terre dimanche un combattant du Hezbollah, Assad Ali Assad, tué en Syrie il y a quelques jours. D'autres martyrs du Hezbollah originaires du Sud ont été enterrés entre hier et aujourd'hui, nous ont dit leurs familles", a-t-il précisé à l'AFP.

kam-ser/sk/vl

PLUS:afp