NOUVELLES

Inondations 2011 : des poursuites de plus 1,3 milliard contre le gouvernement manitobain

15/04/2013 11:34 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Le Manitoba fait face à de nombreux recours collectifs de communautés qui réclament des compensations pour les dommages causés par les inondations de 2011. Les plaignants sont surtout des membres de réserves autochtones situées autour des lacs Manitoba et Winnipeg.

Le recours collectif le plus élevé est de 950 millions de dollars et regroupe des résidents des réserves Lac St-Martin, Pinaymootang, Little Saskatchewan de même que Dauphin River.

Les plaignants accusent la province d'avoir causé les inondations « délibérément et de façon insouciante ».

Selon eux, l'utilisation du barrage de Shellmouth, près de la Saskatchewan, ainsi que celui de la rivière Fairford et du canal Portage auraient contribué au débordement du lac Manitoba et des cours d'eau environnants.

Aux poursuites de 2011 s'ajoutent de nombreux recours collectifs non réglés des années précédentes, dont certains remontent jusqu'en 1997.

« Le gouvernement est assiégé », affirme l'avocat Russel Raikes qui représente les plaignants de ce recours collectif. « Il [le gouvernement] est poursuivi de tous les côtés », ajoute-t-il.

La réserve de Dauphin River a été une des plus affectées par les inondations de 2011. Un grand nombre de maisons, de même que l'école, ont été sévèrement endommagées par l'eau et sont toujours dans un état insalubre. La principale industrie du village, l'entreprise de pêche Dauphin River Fisheries, a été quant à elle complètement détruite.

La majorité des résidents sont évacués depuis 2011. « Dans cette ville maintenant, sans les membres de ma communauté, il y a une ambiance fantôme », lance Leonard Summer, un des rares habitants qui demeure toujours à Dauphin River.

L'aînée Marina Letander, âgée de 78 ans, vit dans une chambre d'hôtel du centre-ville de Winnipeg depuis deux ans. « Je ne me sens pas bien, je me sens plus faible chaque jour. Je n'ai pas l'air frais ou la nourriture que j'avais à la maison », explique-t-elle.

Mme Letander soutient recevoir quatre dollars par jour pour sa nourriture et dit qu'elle a de la difficulté à se faire rembourser ses médicaments et l'équipement médical dont elle a besoin.

Le chef de Dauphin River, John Stagg, espère que les membres de la communauté pourront commencer à réintégrer la réserve en septembre prochain. Or, les prévisions des inondations à venir l'inquiètent.

« Je pense que'il y aura encore une inondation, à voir l'allure de la route, il y a beaucoup de neige, et la glace de la rivière commence à se briser », explique-t-il.

Au début du mois d'avril, la province a publié ses recommandations concernant les inondations de 2011.

Les experts recommandaient entre autres de construire un deuxième canal de déversement entre les lacs St-Martin et Manitoba, afin de réduire les risques de débordement. L'étude recommande également au fédéral de mettre sur pied un plan d'urgence pour gérer les inondations dans les réserves de la province.

Selon le rapport, les coûts des inondations 2011 dépassent 1,2 milliard de dollars. 

PLUS:rc