NOUVELLES

Indonésie : enquête sur un écrasement d'avion miraculeux

15/04/2013 02:48 EDT | Actualisé 14/06/2013 05:12 EDT

Des enquêteurs indonésiens tentent de déterminer ce qui avait poussé un nouvel avion de passagers de la compagnie Lion Air à manquer la piste lors d'un atterrissage sur l'île touristique de Bali, s'écrasant dans l'océan sans provoquer de morts parmi les 108 personnes à bord.

Le Comité national de la sécurité des transports examine l'épave du Boeing 737-800 qui s'est brisé en deux avant de s'immobiliser, samedi, dans de l'eau peu profonde près de l'aéroport de Bali, a indiqué le porte-parole du ministère des Transport, Bambang Ervan.

Celui-ci a ajouté que les autorités du transport aérien avaient déjà récupéré les données de vol et envisageaient de remorquer l'appareil vers une plage. Des plongeurs étaient à la recherche de l'enregistrement des conversations de vol, installé dans la queue. Des experts tentent quant à eux de déterminer ce qui a provoqué l'écrasement, y compris si le vent a joué un rôle dans l'accident.

Le Conseil national de la sécurité des transports des États-Unis a annoncé dimanche l'envoi d'une équipe d'enquêteurs pour assister les autorités indonésiennes, puisque l'avion Boeing a été conçu et fabriqué aux États-Unis.

L'écrasement est le sixième accident de Lion Air en 11 ans, et soulève de nouveau des questions quant à la sécurité du transport aérien en Indonésie. Le pays peine à améliorer son bilan en la matière, tout en augmentant la surveillance.

Les 101 passagers et les sept membres d'équipage ont été évacués sans problèmes de l'avion en provenance de Bandung, une capitale provinciale de l'ouest du pays.

Certains ont nagé jusqu'à la rive, d'autres ont été récupérés par des équipes de secours. Des dizaines ont été blessés, mais la plupart avaient obtenu leur congé de l'hôpital dimanche.

Avant de s'écraser, l'avion Boeing, reçu le mois dernier par le transporteur aérien, avait déjà effectué deux vols.

Aux dires de l'expert en aviation Tom Ballantyne, un problème technique ou mécanique serait improbable, puisque l'appareil était neuf.

Pour une analyste indonésienne, un mauvais calcul à l'atterrissage aurait pu provoquer l'écrasement.

Lion Air, un transporteur aérien à rabais, contrôle environ 45 % du marché du pays.

PLUS:rc