NOUVELLES

Grève de la faim à Guantanamo: un juge rejette le recours d'un détenu

15/04/2013 07:18 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Un juge fédéral de Washington a rejeté lundi le recours en urgence d'un prisonnier de Guantanamo en grève de la faim, qui affirme être rationné en eau potable et soumis à des températures "extrêmement froides".

Le juge Thomas Hogan du tribunal fédéral de Washington s'est estimé "incompétent" pour trancher et a rejeté le recours de Musaab al-Madhawani, un Yéménite emprisonné depuis 11 ans à Guantanamo.

Le détenu, qui "n'absorbe plus que de l'eau et aucune nourriture", demandait "une aide humanitaire d'urgence" à ses geôliers pour qu'ils lui fournissent "de l'eau potable et des vêtements suffisamment chauds", selon la plainte. Il a depuis obtenu des bouteilles d'eau mais se plaint toujours, selon son avocat, du manque d'accès à des soins médicaux.

Cette grève de la faim, observée pour certains détenus depuis plus de deux mois, affecte une centaine des 166 prisonniers, selon leurs avocats, 43 détenus dont 11 sont alimentés de force selon le dernier chiffre fourni par les autorités militaires.

Le commandant de la prison John Bogdan ainsi que le ministère de la Justice avaient catégoriquement démenti les allégations du plaignant.

Le juge Hogan a estimé qu'il "n'avait pas la compétence pour faire quoi que ce soit sur les conditions de détention à Guantanamo", soulignant que cela relevait de la loi sur les tribunaux militaires d'exception. Mais M. al-Madhawani n'est pas inculpé devant une commission militaire, a rapporté à l'AFP un de ses avocats, Patricia Bronte.

Le Yéménite fait partie des détenus du camp 6 --ceux qui posent le moins de problème-- qui ont déclenché une grève de la faim le 6 février après une fouille de leurs Corans d'une manière perçue par les prisonniers comme "une profanation religieuse".

Il a depuis été transféré à l'isolement au camp 5.

Samedi, d'autres détenus ont été transférés de cellules communes du camp 6 en cellules individuelles, après une révolte qui a conduit les autorités à tirer des balles non létales, selon le Pentagone.

chv/mdm

PLUS:afp