NOUVELLES

Draghi appelle les dirigeants politiques à régler les problèmes de la zone euro

15/04/2013 02:54 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

AMSTERDAM, Pays-Bas - Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a affirmé lundi qu'il en revenait aux politiciens de régler les principaux problèmes de la région, dont son système bancaire, et d'améliorer la croissance à long terme.

Avec ses mesures d'urgence, la BCE a donné aux gouvernements le temps d'apporter des changements en leur évitant un environnement de «panique et de ventes de feu» de la part des investisseurs, mais la banque centrale ne peut pas terminer le travail des gouvernements à leur place, a illustré M. Draghi lors d'une conférence à Amsterdam.

La BCE a notamment rendu disponibles aux banques des prêts peu coûteux d'une durée de trois ans dont la valeur a totalisé 1000 milliards d'euros, afin que celles-ci stabilisent leurs finances. Elle a aussi aidé à réduire les coûts d'emprunts des pays endettés en offrant d'acheter des obligations gouvernementales sur le marché ouvert.

Malgré cela, l'économie des 17 pays qui utilisent l'euro est embourbée dans une récession et aux prises avec des taux de chômage records.

Parallèlement, les conditions d'emprunt varient de part et d'autre de la zone euro: les entreprises dans les pays endettés paient plus pour emprunter que celles des pays voisins plus stables financièrement, à cause des difficultés connues par leurs banques et leur gouvernement.

M. Draghi a souligné que les gouvernements devaient mettre en place des réformes structurelles pour rendre leurs économies plus concurrentielles et propices aux affaires, par exemple en assouplissant la réglementation pour les embauches et les mises à pied. L'objectif serait d'améliorer la croissance, ce qui en retour augmenterait les revenus fiscaux et aiderait les gouvernements à réduire la dette à long terme.

PLUS:pc