NOUVELLES

Dish s'invite dans la recomposition de la téléphonie mobile aux Etats-Unis

15/04/2013 12:55 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

Coup de théâtre dans la recomposition du secteur américain de la téléphonie mobile: le bouquet satellite américain Dish a annoncé lundi une contre-offre à 25,5 milliards de dollars sur le numéro 3 Sprint Nextel, dont il remet en cause l'alliance avec le japonais Softbank.

L'offre, que Sprint a précisé être "non sollicitée", fait monter les enchères par rapport à celle de 20 milliards de dollars annoncée mi-octobre par Softbank pour prendre le contrôle de 70% du groupe et le recapitaliser.

Dish Networks compte, lui, fusionner avec Sprint et conserver 68% de la nouvelle entité, le solde restant coté sur le marché.

"Rassembler le 3e opérateur de télévision payante au Etats-Unis avec le 3e opérateur de téléphonie mobile crée des options pour rationaliser et renforcer les activités, car il y a beaucoup de fonctions en commun", insiste le vice-président exécutif du groupe, Tom Cohen.

Le mariage devrait permettre d'économiser au total 11 milliards de dollars, sur les coûts commerciaux et publicitaires notamment. M. Cohen rappelle que les deux groupes ont chacun de gros centres d'appels, des centres de facturation et de paiement, des services de marketing.

Dish voit aussi 24 milliards supplémentaires à tirer de "nouvelles opportunités" comme des ventes groupées d'abonnements mobiles et fixes, ou des offres améliorées pour les annonceurs publicitaires.

"Dish apporte des synergies. Softbank apporte de l'argent", résume à l'AFP Rob Enderle, un analyste spécialisé dans le secteur technologique.

Sur les 20 milliards promis par Softbank, 8 devaient permettre à Sprint de moderniser son réseau.

Dish concède qu'il apporte moins de liquidités au départ mais, en plus de ses millions d'abonnés, il met dans la corbeille de mariage 1,5 milliard de dollars de liquidités par an et surtout un gros paquet de fréquences qui pourraient atteindre 12 milliards de dollars sur le marché.

Les fréquences sont stratégiques pour les groupes de télécoms, car leur quantité est limitée et leur besoin de plus en plus important, suite au boom des tablettes informatiques et des smartphones, qui font exploser les échanges de données.

Il n'est qu'à voir l'intérêt suscité par l'opérateur internet Clearwire, qui détient justement un gros paquet de fréquences de bonne qualité: Sprint comme Dish ont dit vouloir l'acheter, et le Wall Street Journal affirme que Verizon serait sur les rangs.

Softbank est "un partenaire financier supérieur" mais Dish a "la meilleure offre sur le plan opérationnel", selon une note de la banque RBC, qui relève néanmoins "des incertitudes" liées à l'importance du financement par la dette (9,3 milliards) et à la capacité du nouveau groupe à réaliser les 8 à 10 milliards d'investissements nécessaires selon elle d'ici trois ans.

Sprint a juste indiqué dans l'immédiat que son conseil d'administration allait "évaluer attentivement" l'offre de Dish.

En fonction du résultat, RBC n'exclut pas que Softbank relève son offre, ni une nouvelle surenchère de Dish.

soe/sl/are

PLUS:afp