NOUVELLES

Budget du Manitoba : les yeux tournés vers le déficit anticipé

15/04/2013 05:52 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT

À moins d'un revirement, le budget que déposera le ministre des Finances du Manitoba, mardi, sera déficitaire. La question est de savoir jusqu'à quel point il le sera et jusqu'à quel point le gouvernement pigera dans les poches des contribuables pour l'éponger.

Le dernier budget de Stan Struthers a imposé la taxe provinciale sur les produits et services là où elle ne l'était pas auparavant, comme les coupes de cheveux de plus de 50 $ et les tatouages. Le taux de taxation a augmenté pour l'essence et les produits du tabac également. Il en coûte aussi 35 $ de plus pour immatriculer un véhicule.

L'économiste Philippe Cyrenne, de l'Université de Winnipeg, prédit que les Manitobains seront davantage taxés en 2013-2014, car cela est plus facile pour un gouvernement que d'assainir ses finances publiques. Il annonce un déficit anticipé d'au moins 100 millions de dollars de plus que prévu.

Durant son discours sur l'état de la province en décembre dernier, le premier ministre Greg Selinger a désavoué l'engagement pris en campagne électorale à revenir à l'équilibre budgétaire en 2014. Désormais, il n'entrevoit plus un tel retour avant 2017, au plus tôt.

Mesures insuffisantes en 2012-2103

À la fin de 2011, le déficit avait plongé à plus d'un milliard de dollars. En déposant son budget pour 2012-2013, le ministre Struthers avait annoncé des mesures, dont la réduction du nombre de ses offices régionaux de la santé et la fusion de la Société des alcools avec la Corporation manitobaine des loteries.

Toutefois, ce genre de mesures ne se traduisent pas toujours par des résultats tangibles, croit M. Cyrenne, qui juge que le gouvernement devrait lorgner du côté de la santé pour faire des économies.

En outre, le commentateur politique Michel Lagacé croit que « ce gouvernement est très réticent à implanter des compressions de quelque façon que ce soit, en ce qui concerne le nombre de fonctionnaires ou des programmes ». 

Aussi, la présidente du Syndicat des employés de la fonction publique du Manitoba, le plus gros de la province, estime que ses membres ont déjà assez payé. Michelle Gawronsky affirme qu'un plan de ne pas remplacer 600 personnes qui partent à la retraite est déjà en marche. « Il n'y a plus rien à supprimer. C'est déjà aussi maigre que cela est possible », dit-elle.

Si les inondations avaient été tenues responsables d'une bonne part du déficit de 2011, le gouvernement Selinger envisage maintenant que les coûts pour la mise en oeuvre des recommandations pour prévenir une catastrophe semblable s'élèveraient à un milliard de dollars

« Cela signifie qu'un objectif de zéro déficit en 2016-2017 devient de moins en moins possible », tranche M. Cyrenne.

PLUS:rc