DIVERTISSEMENT

Recto-Verso : une nouvelle niche pour la fiction québécoise

14/04/2013 10:17 EDT | Actualisé 14/06/2013 05:12 EDT
Shutterstock
the textbook towers background

Les auteurs de romans québécois ont une nouvelle adresse où envoyer leurs manuscrits. Fondée par Claude J.Charron, l'homme derrière les Éditions La Semaine (et le magazine du même nom) et Pierre Bourdon, qui a jadis officié chez Renaud-Bray et aux Éditions de l'Homme, la maison Recto-Verso se donne comme mission de faire rayonner la fiction d'ici sous toutes ses formes.

Lancée au début avril, juste à temps pour le Salon du livre de Québec, qui bat son plein ce week-end, la bannière Recto-Verso propose déjà quatre titres de genres différents. Les jeudis d'Antoine et de Léo, de l'ex-journaliste Paul Villeneuve, un récit adulte et contemporain, qu'on définit comme de la chick lit au masculin, raconte l'histoire de deux amis célibataires qui verront leurs destins amoureux chamboulés par la rencontre d'anciennes flammes; Conquistador, de Paul-Christian Deroo, se veut l'aventurière épopée d'un fils d'immigrants français arrivé à Montréal à la fin des années cinquante, entraîné bien malgré lui dans l'univers des clubs de danseuses et de la pègre; la très prolifique Sylvie-Catherine De Vailly a pour sa part pondu La valse des odieux, une brique policière où la disparition d'une vieille dame et une série d'incendies tiendront passablement occupée Jeanne Laberge, première femme inspecteur de la province; enfin, Sylvie Payette offre aux jeunes le quatrième tome des péripéties de Savannah, la fille adolescente de Pete et Lola, mythiques personnages du défunt téléroman Chambres en ville. À ces quatre créneaux s'ajoutera, à l'automne, celui de la littérature sentimentale, dans la lignée du style de Danielle Steel, une branche encore peu exploitée au Québec. On prévoit publier une soixantaine d'ouvrages par année.

« Notre boîte s'adresse au grand public, précise Pierre Bourdon, qui s'est joint aux Publications Charron en octobre dernier. On ne veut pas faire de la littérature très pointue mais, d'un autre côté, on ne veut pas non plus faire la même chose que tout le monde. Le marché de la littérature est déjà bien rempli ici. Il fallait donc trouver notre place, et je pense que celle-ci se trouve dans les séries jeunesse originales, les romans policiers et les fictions adultes bien écrites et accessibles. Quant aux romans féminins, dits à "l'eau de rose", presque personne n'en fait. On aura notre propre personnalité. »

Recto-Verso ne jouera pas dans les platebandes des Éditions La Semaine, qui continueront de promouvoir bouquins pratiques, biographies et témoignages. D'ici quelques mois, Claude J.Charron et Pierre Bourdon dévoileront aussi une nouvelle enseigne, consacrée aux beaux-livres et aux livres-cadeaux.

Marché européen

Lorsqu'on s'inquiète à voix haute de l'avenir du livre imprimé, Pierre Bourdon se fait rassurant : la situation est actuellement moins catastrophique au Canada qu'en Europe, même si l'industrie ne connaît pas, en ce moment, des « années grandioses ».

« Paradoxalement, le fait d'être dans un marché difficile nous ouvre des portes, nuance l'éditeur. Certains groupes sont en retrait, ce qui nous amène des opportunités. Le livre numérique n'a pas encore pris tout à fait sa place. Chez nous, tous les titres sortent simultanément en format numérique et en papier. »

« Je suis aussi en train d'organiser la distribution de nos livres en France, a ajouté Monsieur Bourdon. On n'était pas encore représentés correctement là-bas. Les auteurs qui vont venir chez nous sauront que leurs œuvres seront disponibles autant ici qu'en Europe francophone. C'est un handicap qu'on avait, et on va combler cette lacune-là. »