NOUVELLES

L'armée est prête à toute éventualité, selon les dirigeants israéliens

14/04/2013 03:14 EDT | Actualisé 14/06/2013 05:12 EDT

Les dirigeants israéliens ont averti que l'armée était prête à faire face à tous les "dangers qui menacent", en rendant hommage dimanche aux soldats tués dans l'exercice de leurs fonctions et aux victimes d'attentats, lors de la commémoration annuelle de Yom HaZikaron.

"Depuis le commencement de notre peuple, il a fallu lutter pour notre liberté et notre existence. Aujourd'hui aussi, il y a ceux qui menacent de nous annihiler: ils n'ont pas réussi dans le passé, ils ne réussiront jamais", a affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une allusion aux dirigeants iraniens.

"Aujourd'hui, alors même que les menaces qui s'accumulent contre l'Etat d'Israël sont plus grandes que jamais, Tsahal (ndlr: l'armée israélienne) comme nos forces de sécurité n'ont jamais été aussi fortes", s'est félicité M. Netanyahu.

"Nous allons continuer à renforcer notre sécurité, en aspirant à la paix avec nos voisins et en assurant l'avenir de notre pays", a-t-il promis.

"L'existence d'Israël n'est plus remise en question. Tsahal est prête à faire face à n'importe quel scénario, à n'importe quel ennemi, à n'importe quel danger", a renchéri le président Shimon Peres.

"Nous devons tout faire pour mettre fin à la guerre et instaurer la paix et la sécurité dans ce pays. Parce que même si le prix de la paix est élevé, nous serons toujours capable de l'assumer. Le terrorisme apporte la mort. La paix apporte la vie. Pour nous et nos voisins", a-t-il plaidé.

Selon les statistiques du ministère de la Défense, publiées chaque année à l'occasion de cette journée du souvenir, 23.085 soldats et personnels de sécurité ont été tués de 1860 à 2013, dont 92 dans l'année écoulée.

Le ministère des Affaires étrangères a de son côté recensé 2.493 victimes d'attentats en Israël et à l'étranger, dont dix au cours des 12 derniers mois.

A 20H00 pile (17H00 GMT), à la nuit tombante, les sirènes ont retenti sur tout le territoire israélien avant que le pays ne plonge dans le silence et le recueillement.

Le président Peres, accompagné par le chef d'état-major, le général Benny Gantz, a ensuite allumé une torche lors de la traditionnelle cérémonie au Mur Occidental (dit des Lamentations), site sacré du judaïsme dans la Vieille ville de Jérusalem, conquise en juin 1967 puis annexée.

"Notre épée est plus aiguisée que jamais. Sa lame létale ne connaît pas de limite. Il n'est de lieu ni de cible que le long bras de Tsahal ne puisse atteindre", a averti le général Gantz en mettant en garde contre "la tempête de menaces et de dangers qui fait rage sous la surface".

Les sirènes se feront à nouveau entendre pendant deux minutes lundi à 11H00 (08H00 GMT), donnant le coup d'envoi à une série de cérémonies dans les cimetières et hauts lieux militaires d'Israël.

Plus de 1,5 million d'Israéliens visiteront lundi les cimetières à travers le pays, selon un communiqué du ministère de la Défense.

A l'issue de ce Jour du souvenir, les Israéliens fêteront à partir de lundi soir et durant toute la journée de mardi Yom HaAtzmaout, la création de l'Etat d'Israël proclamée le 14 mai 1948, correspondant cette année, selon le calendrier hébraïque, au 16 avril.

A cette occasion, l'armée israélienne a imposé un bouclage de la Cisjordanie occupée à partir de dimanche soir jusqu'à mardi à 23H59 locales (20H59 GMT), selon un communiqué militaire.

dms/agr/sw

PLUS:afp